Diplomatie

Zone de rétention migratoire en Tunisie : Angela Merkel persiste et signe

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
L'ex-président de la République tunisienne, feu Béji Caïd Essebsi, et la chancelière allemande Angela Merkel, lors du Sommet UE-UA, en novembre 2017 à Abidjan (image d'illustration).

L'ex-président de la République tunisienne, feu Béji Caïd Essebsi, et la chancelière allemande Angela Merkel, lors du Sommet UE-UA, en novembre 2017 à Abidjan (image d'illustration). © Ministère tunisien des Affaires étrangères

La chancelière allemande Angela Merkel entend mener à bien son projet de centre de rétention de migrants implanté en Tunisie, en dépit des réticences rencontrées sur la rive sud de la Méditerranée.

Malgré le refus que lui avait opposé en 2018 le président Béji Caïd Essebsi, la chancelière allemande, Angela Merkel, n’a pas renoncé à son projet d’établir une zone de rétention migratoire en Tunisie.

Selon des sources diplomatiques tunisiennes, elle compte relancer cette initiative en marge de la Conférence internationale sur la Libye, qui doit se tenir à Berlin en décembre. La Tunisie en effet ne sera pas présente à cette première étape des discussions.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte