Politique

RDC : Emmanuel Ramazani Shadary reste dans le viseur de Bruxelles

Emmanuel Ramazani Shadary, en 2018, lorsqu'il était ministre de l'Intérieur et de la Sécurité.

Emmanuel Ramazani Shadary, en 2018, lorsqu'il était ministre de l'Intérieur et de la Sécurité. © Ministère congolais de l'Intérieur et de la Sécurité

Les sanctions européennes contre Emmanuel Ramazani Shadary seront-elles maintenues ? La question devrait être tranchée d’ici au 12 décembre, date à laquelle celles-ci prendront théoriquement fin.

Dans le viseur de Bruxelles depuis mai 2017 pour « entraves au processus électoral » et « violations des droits de l’homme », le secrétaire permanent du PPRD est l’un des quinze Congolais concernés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte