Politique

Guinée-Bissau : la garde rapprochée du président-candidat José Mario Vaz

Le président de la Guinée-Bissau, candidat indépendant à un second mandat, sillonne le pays pour convaincre les électeurs avant le scrutin du 24 novembre. S’il est isolé à l’étranger depuis qu’il a défié la Cedeao – des critiques contre une « ingérence extérieure » qui trouvent un certain écho dans le pays – , il peut compter sur ses alliés.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 20 novembre 2019 à 16:36

Le président bissau-guinéen José Mario Vaz. © UN Photo/Rick Bajornas

• Botche Candé

Botche Candé. © Facebook

Botche Candé. © Facebook

Son directeur de campagne, ex-ministre de l’Intérieur. Ancien membre du PAIGC, la formation majoritaire dans le pays. Il en a été exclu en 2017 pour avoir bravé ses consignes et pris le parti du président Vaz.

• Eduardo Costa Sanhá

Son ancien ministre de la Défense, aujourd’hui mandataire de sa campagne électorale. Général et ex-président du tribunal militaire. Il était membre du gouvernement de Faustino Imbali, jugé « illégal » par la Cedeao, qui a remis sa démission le 8 novembre.

• Mamadu Ture Kuruma

Vice-chef d’état-major de l’armée, il serait le général le plus proche de Vaz. Il a été sanctionné par l’ONU pour avoir été l’un des meneurs lors du dernier coup d’État, en 2012, entre les deux tours de la présidentielle.

• Herson Goudiaby Vaz

Herson Goudiaby Vaz © Facebook

Herson Goudiaby Vaz © Facebook

Son fils. Il soutient sa campagne et l’aide à lever des fonds. En 2018, il avait été sanctionné par la Cedeao, comme 18 autres personnalités accusées d’entraver le processus de sortie de crise, dont Botche Candé.