Diplomatie

États-Unis - Afrique : Big Brother à Sotchi

Les chefs d’État africains autour de Vladimir Poutine, le 24 octobre, en Russie.

Les chefs d’État africains autour de Vladimir Poutine, le 24 octobre, en Russie. © Valery Sharifulin/TASS/Sipa USA/

Avant le sommet Russie-Afrique, du 22 au 24 octobre, le département d’État américain a transmis une note verbale à plus d’une dizaine de pays africains.

Avant que les présidents du continent se rendent au sommet Russie-Afrique, du 22 au 24 octobre à Sotchi, les États-Unis n’ont pas hésité à leur manifester leur inquiétude. Selon nos sources, le département d’État a transmis une note verbale à plus d’une dizaine de pays africains dans laquelle il leur rappelait que Moscou et certaines entreprises russes sont soumis à des sanctions américaines. Il leur indiquait que la signature, à Sotchi, de contrats importants dans le domaine de l’armement et du nucléaire iraient à l’encontre de celles-ci.

Quelques jours après le sommet, le chargé d’affaires de l’ambassade américaine en poste dans un État d’Afrique centrale a même sollicité une audience auprès du ministre des Affaires étrangères de ce pays afin d’obtenir un compte rendu détaillé de la participation de la délégation nationale à Sotchi. Il souhaitait s’assurer qu’aucun contrat n’avait été signé.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte