Diplomatie

France-Guinée équatoriale : Macron, Obiang et les biens mal acquis

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 18 novembre 2019 à 13h40
Le président français et son homologue équato-guinéen avant le dîner à l’Élysée, le 11 novembre.

Le président français et son homologue équato-guinéen avant le dîner à l’Élysée, le 11 novembre. © Lionel Préau / Riva Press

Lors du Forum de Paris pour la paix, qui se tenait du 11 au 13 novembre, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo s’est entretenu avec Emmanuel Macron.

Le 12 novembre, il a ainsi plaidé pour une normalisation de leurs relations, difficiles depuis la condamnation en première instance de son fils, Teodoro Obiang Nguema Mangue, dans l’affaire des biens mal acquis – sur laquelle Obiang et Macron ont échangé.

Procès en appel à partir du 9 décembre

L’Équato-Guinéen, qui a prévu de se rendre au sommet Afrique-France, en juin 2020, a évoqué la possibilité d’une autre visite, bilatérale cette fois, en France l’année prochaine. Mais il sera, avant cela, très attentif au déroulé du procès en appel de son fils, qui doit s’ouvrir le 9 décembre.

À Paris, Obiang était entouré de son ministre de la Justice, Salvador Ondo Nkumu, de son conseiller juridique Francisco Evuy Nguema Mikue, de l’avocat Jean-Charles Tchikaya et de l’ambassadeur en France, Miguel Oyono Ndong Mifumu.

Ce dernier est à la manœuvre depuis plus d’un an, notamment au Quai d’Orsay, pour favoriser un entretien entre les présidents français et équato-guinéen.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte