Politique

Côte d’Ivoire : les réseaux macronistes de Guillaume Soro

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 26 décembre 2019 à 12h46
Alexandre Benalla et Guillaume Soro lors de la convention de La République en marche, à Paris, en juillet 2017.

Alexandre Benalla et Guillaume Soro lors de la convention de La République en marche, à Paris, en juillet 2017. © DR

Premier candidat de poids à la présidentielle ivoirienne d’octobre 2020, Guillaume Soro s’inspire d’Emmanuel Macron pour construire sa campagne.

Comme le président français Emmanuel Macron, élu à 39 ans, Guillaume Soro  a choisi de créer, à la mi-octobre, non pas un parti mais un mouvement, le GPS. Et il prend soin de renforcer ses réseaux auprès du président français.

Il a ainsi revu à plusieurs reprises Alexandre Benalla, dont il avait fait la connaissance lors de la convention de La République en marche, en juillet 2017. Depuis, l’ex-chargé de mission d’Emmanuel Macron a créé Comya, une société grâce à laquelle il dit vouloir se reconvertir dans la sécurité privée et l’intelligence économique en Afrique.

C’est Ousmane Touré, qui connaissait déjà Benalla, qui a été chargé de faire l’intermédiaire. Ce membre du premier cercle de Soro a été rappelé l’année dernière de son poste de diplomate au sein du service social de l’ambassade ivoirienne de Paris et affecté au service économique du ministère des Affaires étrangères à Abidjan.

Camp de base à Paris

En France, Guillaume Soro a noué des liens avec François de Rugy lorsqu’ils étaient à la tête de leurs Assemblées nationales respectives, ainsi qu’avec M’jid el Guerrab, député de la 9e circonscription des Français de l’étranger (Maghreb et Afrique de l’Ouest).

À l’étranger depuis plus de six mois, Guillaume Soro a établi son camp de base à Paris, où il possède un appartement. Il n’a néanmoins pas demandé de rendez-vous au Quai d’Orsay. Malgré les menaces judiciaires (et sécuritaires, il en est convaincu) qui pèsent sur lui, il envisage de rentrer en Côte d’Ivoire prochainement pour organiser la Convention de son nouveau mouvement. Il devrait être à Abidjan avant la visite du président français, au début de décembre.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte