Sécurité

Ouganda : Joseph Kony, le chef de guerre de la LRA, toujours insaisissable

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 20 novembre 2019 à 12h06
Le chef de guerre Joseph Kony, le 31 juillet 2006.

Le chef de guerre Joseph Kony, le 31 juillet 2006. © Stringer/AP/SIPA

Plus de trente après avoir fondé en Ouganda l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), le chef de guerre Joseph Kony, recherché par la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, court toujours.

Cela fait plus de trente ans que Joseph Kony a fondé en Ouganda son Armée de résistance du Seigneur (LRA), qui est à ce jour l’une des plus anciennes guérillas d’Afrique. Mais c’est en 2012 qu’une vidéo devenue virale – Kony 2012 – l’a rendu mondialement célèbre. Le chef de guerre demeure pourtant insaisissable.

Prophète autoproclamé, il a été chassé de son Ouganda natal par l’armée, soutenue par l’Union africaine et les États-Unis, au début des années 2000.

Aujourd’hui, les experts s’accordent à dire que la sanguinaire LRA n’est plus guère composée que d’une centaine de combattants (des enfants-soldats pour la plupart) et que Kony se serait réfugié dans l’enclave de Kafia Kingi.

Recherché par la CPI

Située à l’est de la Centrafrique, cette zone, que le Soudan du Sud et le Soudan se disputent, reste sous le contrôle de Khartoum. Certaines sources font état de plusieurs voyages de Kony dans la capitale soudanaise, où il bénéficiait de la protection d’Omar el-Béchir, renversé en avril dernier.

Si les Américains ont cessé de le traquer en mars 2017 et si sa tête n’est plus mise à prix, Joseph Kony est toujours recherché par la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte