Dossier

Cet article est issu du dossier «Mobilité urbaine : où en sont nos métropoles ?»

Voir tout le sommaire
Transports

VTC : comment Heetch a dompté les taxis au Maroc

5	000 transporteurs sont enregistrés sur  l’appli au Maroc.

5 000 transporteurs sont enregistrés sur l’appli au Maroc. © heetch

Si l’américain Uber a quitté le Maroc l’an passé, son rival français a su s’allier avec les chauffeurs locaux pour devenir leader du VTC dans la capitale économique marocaine.

Après moins de trois ans d’activité, Uber a mis fin à son aventure marocaine en février 2018, au grand regret de plus de 300 chauffeurs et de 19 000 utilisateurs.

« L’incertitude réglementaire actuelle ne nous permet pas de fournir une expérience sûre et fiable. Tant qu’il n’y aura pas de vraie réforme ni un environnement favorable aux nouvelles solutions de mobilité, nous sommes contraints de suspendre nos opérations », indiquait le géant américain, qui a beaucoup souffert d’une relation tendue avec les taxis, casablancais en particulier.

La loi marocaine exige en effet la détention d’un agrément pour le transport des personnes et dont les chauffeurs Uber ne disposaient pas.

En collaboration avec 5 000 taxis

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte