Politique

Gabon : de Brice Laccruche Alihanga à Théophile Ogandaga, le changement d’ère

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 14 novembre 2019 à 19h04
Montage JA

Montage JA ©

Le remplacement de Brice Laccruche Alihanga au poste de directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba par le technocrate Théophile Ogandaga marque un changement d’ère.

Le 6 novembre, alors qu’enflait la rumeur de son départ de la direction du cabinet d’Ali Bongo Ondimba (ABO), Brice Laccruche Alihanga (BLA) assurait encore à qui voulait l’entendre qu’il était « toujours présent ». Depuis plusieurs semaines, le chef de l’État avait demandé à son fils, Noureddine Bongo, de surveiller un BLA aux prérogatives très étendues. ABO avait jugé son « dircab » trop abrupt en certaines occasions, notamment lors de la mise à l’écart de l’aide de camp Arsène Emvahou, nommé attaché militaire à Bruxelles. Il souhaitait donc fixer des limites et rééquilibrer les forces au sein de son entourage. S’il a laissé faire, le temps de sa convalescence, il reprend désormais la main.

Théophile Ogandaga, nouveau « dircab »

Le 15 octobre, il avait nommé un nouveau directeur de cabinet adjoint : Mohamed Ali Saliou, proche de Noureddine Bongo. Depuis quelques mois, ce dernier recevait au palais ceux qui se plaignaient de BLA. Signe de son influence, c’est l’un de ses proches, le technocrate , qui a été nommé « dircab » le 7 novembre à la place de BLA, appelé au gouvernement.

Les détails n’étaient connus, avant l’annonce officielle, que de quelques privilégiés : Jean-Yves Teale, le secrétaire général de la présidence, Jonas Lola Mvou, celui du gouvernement, et Julien Nkoghe Bekale, le Premier ministre.

Ingénieur passé par Shell (1988-2004), ex-conseiller au ministère du Pétrole (2004-2010), Théophile Ogandaga, par ailleurs beau-frère de Christian Nkero Capito (ex-conseiller du ministre Magloire Ngambia), est un pilier de la galaxie Olam depuis 2010. Comme Noureddine Bongo avant lui, il y était le bras droit de Gagan Gupta et dirigeait GSEZ (un joint-venture entre l’État et Olam, qui gère la Zone économique spéciale de Nkok, le port minéralier de Libreville ou l’aéroport Léon-Mba).

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte