Politique

Cameroun : les avocats d’Achille Zogo Andela saisissent le Comité des droits de l’homme de l’ONU

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU.

Le Comité des droits de l’homme de l’ONU. © ONU/Elma Okic

Les avocats de l’ancien PDG de la Société camerounaise de leasing maritime (SCLM) Achille Zogo Andela espèrent obtenir la libération de leur client.

Les avocats d’Achille Zogo Andela, ex-PDG de la Société camerounaise de leasing maritime, emprisonné depuis 2011 et condamné en 2018 à trente-cinq ans de réclusion pour détournement de biens publics, ont saisi au début de novembre la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples et le Comité des droits de l’homme de l’ONU.

Obligations de Yaoundé

Objectif : obtenir la libération et l’évacuation sanitaire de leur client. Ils ont aussi demandé au Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire qu’il « rappelle à Yaoundé son obligation » de le libérer et de lui verser 60 millions de dollars d’indemnités.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte