Justice

Sénégal : Dakar fait volte-face sur l’affaire Karim Wade

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Karim Wade, fils de l'ancien président de la République Abdoulaye Wade, le 15 mars 2013.

Karim Wade, fils de l'ancien président de la République Abdoulaye Wade, le 15 mars 2013. © STR/AP/SIPA

Le « dossier Karim Wade » continue d’empoisonner les relations entre Dakar et le Comité des droits de l’homme de l’ONU.

En janvier, le Sénégal avait envisagé par écrit d’indemniser l’ex-ministre Karim Wade et de réviser son procès pour enrichissement illicite – une position que la délégation sénégalaise à Genève avait confirmée en octobre (JA no 3067).

Machine arrière

Depuis, les autorités sénégalaises ont fait marche arrière et élaborent un nouveau document pour rectifier leur position. De son côté, l’ONU a ouvert un nouveau front : dans un rapport publié le 7 novembre, le Comité reproche désormais au Conseil constitutionnel du Sénégal d’avoir « invalidé la candidature de [Karim Wade] au motif qu’il avait été condamné » pour enrichissement illicite.

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte