Politique

Guinée-Bissau : Jomav, un président seul contre tous

José Mário Vaz au siège du Parti Africain de l'Indépendance de Guinée et Cap Vert, le 3 mars 2014.

José Mário Vaz au siège du Parti Africain de l'Indépendance de Guinée et Cap Vert, le 3 mars 2014. © Sylvain Cherkaoui pour Jeune Afrique

À deux semaines de l’élection présidentielle, José Mário Vaz, imprévisible chef de l’État sortant, a joué son va-tout en révoquant une nouvelle fois son gouvernement. Au grand dam de la communauté internationale.

Jusqu’où ira José Mário Vaz ? Sans réel pouvoir depuis que son mandat s’est achevé en juin, le chef de l’État, dit Jomav, semble rester sourd aux avertissements. Seul contre tous ou presque, il a définitivement fait perdre patience à la communauté internationale, le 28 octobre, en limogeant son Premier ministre, Aristides Gomes, et en annonçant, le lendemain, son remplacement par Faustino Imbali. Son huitième chef du gouvernement en cinq ans.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte