Politique

Présidentielle en Côte d’Ivoire : à quand le tour de la nouvelle génération ?

De gauche à droite : Charles Blé Goudé, Yasmina Ouegnin, Stéphane Kipré, Mamadou Touré, Belmonde Dogo et Kouadio Konan Bertin.

De gauche à droite : Charles Blé Goudé, Yasmina Ouegnin, Stéphane Kipré, Mamadou Touré, Belmonde Dogo et Kouadio Konan Bertin. © Photomontage JA / Photos : Wiebve Kiestra pour JA ; Issam Zelji pour JA (2) Damien Grenon pour JA ; Vincent Fournier/JA ; Nabil Zorkot pour JA

Ils sont quadragénaires, ont déjà exercé de hautes responsabilités, mais aspirent à poursuivre leur ascension. La présidentielle de 2020 devait sonner l’heure du renouvellement. Problème : leurs aînés, aux commandes depuis trois décennies, ne semblent guère pressés de transmettre le témoin.

On attend le président au sous-sol du palais. Ce mercredi matin, comme le veut la tradition, le gouvernement est au grand complet pour commencer le Conseil des ministres. Dans un coin, une petite bande discute. Il y a là les secrétaires d’État Belmonde Dogo, Épiphane Zoro et Brice Kouassi, qui viennent de faire leur entrée dans l’exécutif, Abdourahmane Cissé, qui quitte son poste de conseiller du président pour retrouver un portefeuille, Félix Anoblé et Mamadou Touré, promus ministres, et Souleymane Diarrassouba, chargé du Commerce et de l’Industrie.

Tous ont moins de 50 ans, beaucoup d’ambition et le vent en poupe : ce sont les golden boys du gouvernement. Quarante-trois ans pour la première, 49 ans, 38 ans… Ces « petits jeunes » se connaissent depuis des années, ils se soutiennent et ne cessent de monter.

Mépris et méfiance

« Qu’est-ce que vous faites, là, à comploter tous ensemble ? Je vous préviens, quand on dit que le pouvoir va revenir à une nouvelle génération, c’est de nous qu’il s’agit. Pas de vous ! » met en garde l’un des caciques du régime. Il sourit, mais le cœur n’y est pas. S’inquiète-il, du haut de ses 65 ans ? Depuis le remaniement de septembre, on se sent un peu tassé dans la petite salle du Conseil, entre vieux éléphants et jeunes loups de la République. Il n’y a pas de place pour tout le monde. Il le sait, les quadras sont décidés à lui griller la priorité.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte