Livres

L’ex-président burkinabè Jean-Baptiste Ouédraogo écrit sur Thomas Sankara et Blaise Compaoré

Jean-Baptiste Ouédraogo, lorsqu'il était président de la Haute Volta, en 1983 (archives).

Jean-Baptiste Ouédraogo, lorsqu'il était président de la Haute Volta, en 1983 (archives). © DR / Capture d'écran Youtube

Longtemps tenu au silence, l’ancien président Jean-Baptiste Ouédraogo s’apprête à donner sa version de l’une des pages les plus controversées de l’histoire du Burkina : le coup d’État de Thomas Sankara qui mit fin à son régime, le 4 août 1983.

Dans Ma part de vérité, « actuellement [déposé] chez [son] éditeur », il raconte aussi les coulisses de la création du Comité du salut du peuple, dont il fit partie et qui renversa son prédécesseur, Saye Zerbo, en novembre 1982. Enfin, il évoque son passage en prison lors de la révolution sankariste. Un second ouvrage, en cours de rédaction, portera, lui, sur l’ère Compaoré.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte