Dossier

Cet article est issu du dossier «George Weah, carton jaune»

Voir tout le sommaire
Politique

Liberia : l’entourage hétéroclite du président Weah

George Weah (Liberia), ancien footballeur international - seul Ballon d'Or africain - elu president du Liberia le 26 decembre et investi dans ses fonctions le 22 janvier 2018. Il etait en visite officielle a Paris du 20 au 23 fevrierEn interview le 22.02.2018. Copyright  : Vincent Fournier/JA

George Weah (Liberia), ancien footballeur international - seul Ballon d'Or africain - elu president du Liberia le 26 decembre et investi dans ses fonctions le 22 janvier 2018. Il etait en visite officielle a Paris du 20 au 23 fevrierEn interview le 22.02.2018. Copyright : Vincent Fournier/JA © Vincent FOURNIER/J. AFRIQUE/REA

L’attelage hétéroclite qui accompagne le leader libérien dans ses voyages et dans sa conduite de l’État n’est pas le fruit du hasard. Il reflète les jeux d’alliances qui l’ont mené à la présidence en janvier 2018, après trois échecs, et n’est pas pour peu dans les difficultés de la gouvernance Weah.

Comme cela a été le cas lors de son séjour à Libreville, on retrouve souvent aux côtés du président libérien Emmanuel Shaw. Homme de toutes les factions, ancien protégé des présidents William Tolbert, Samuel Doe et Charles Taylor, ce ministre des Finances très controversé dans les années 1980 a été placé pendant dix ans sur les listes d’interdiction de voyager et de gel des avoirs du Conseil de sécurité de l’ONU. Il est réapparu parmi les soutiens officieux de George Weah, qui en a fait son conseiller après son élection.

Des proches de Taylor

Dans la délégation, un autre habitué des sanctions onusiennes : le député Edwin Melvin Snowe, ardent défenseur de Weah à la Chambre des représentants et ex-beau-fils de Taylor. Accusé du détournement de 1 million de dollars alors qu’il dirigeait le raffineur public Liberian Petroleum and Refining Corporation, son acquittement a fait polémique.

Également du voyage : l’ex-député Bill Twehway, actuel directeur de l’autorité portuaire, et Prince C. Johnson III. Général, fils d’un général proche de Taylor durant la guerre civile, promu au commandement sous Johnson Sirleaf, il a été nommé chef d’état-major par Weah en 2018.

À Monrovia, cet entourage est complété par Nathaniel McGill, ex-secrétaire général du parti au pouvoir, aujourd’hui ministre chargé des Affaires présidentielles, par Samuel Tweah, ancien de la BAD et actuel ministre des Finances et du développement économique, ainsi que par Archie Bernard, sénateur influent durant le régime de Samuel Doe et conseiller juridique du président Weah.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte