Dossier

Cet article est issu du dossier «La Tunisie en pleine révolution culturelle»

Voir tout le sommaire
Politique

Tunisie : Kaïs Saïed, un juriste révolutionnaire devenu président

Le nouveau président tunisien Kaïs Saïed prêtant serment sur le Coran, mercredi 23 octobre 2019 à Tunis (image d'illustration).

Le nouveau président tunisien Kaïs Saïed prêtant serment sur le Coran, mercredi 23 octobre 2019 à Tunis (image d'illustration). © Hassene Dridi/AP/SIPA

Sous ses dehors d’ascète, le très pédagogue Kaïs Saïed prône ni plus ni moins une révolution légale.

Au-delà des positions conservatrices et souverainistes qu’il défend, le juriste, spécialiste du droit constitutionnel, explique qu’il souhaite une refonte totale de l’organisation politico-administrative du pays, qui inverserait la pyramide du pouvoir. Son projet de démocratie directe vise à décentraliser les processus de décision et l’initiative législative pour les faire repartir d’une base locale, puis vers le niveau régional, avant d’atteindre l’échelle nationale.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte