Dossier

Cet article est issu du dossier «George Weah, carton jaune»

Voir tout le sommaire
Politique

Liberia : la personnalité de George Weah divise

George Weah à Paris, le 22 février 2018

George Weah à Paris, le 22 février 2018 © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

Jusque dans son proche entourage, les désillusions sont légion. Le président libérien George Weah gouverne au risque de s’aliéner ses proches conseillers.

Perçu comme rancunier, le chef de l’État aurait écarté certains de ses conseillers. « Globalement, le président écoute peu », confirme l’un d’entre eux, ajoutant qu’il est « persuadé d’avoir raison et de savoir mieux que les autres ».

Le courant passerait mal, en outre, avec sa vice-présidente, l’ex-Première dame Jewel Howard Taylor. Weah n’aurait cessé de la marginaliser en la privant de moyens financiers. Ses relations se sont également détériorées avec Prince Johnson. Soutien stratégique lors des élections, l’ex-chef de guerre serait devenu un allié encombrant.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte