Justice

[Chronique] Gambie : l’ex-numéro deux de Jammeh reconnaît sa responsabilité « partielle »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 30 octobre 2019 à 10h41
Glez

© Glez

Edward Singhateh, l’ancien ministre de la Défense et ex-numéro deux du régime de Yahya Jammeh, n’a reconnu qu’une responsabilité « partielle » dans les violations des droits de l’homme commises au début du règne de l’ex-président gambien.

Durant ses trois jours d’audition devant la Commission Vérité et Réconciliation gambienne, Edward Singhateh, qui fut le numéro deux de Yahya Jammeh, s’est efforcé de minimiser son implication dans les violences d’État de l’ancien régime.
S’il a reconnu son rôle dans l’arrivée au pouvoir de Jammeh, en 1994, et donc une responsabilité « partielle » dans les violations des droits de l’homme qui ont suivi ce putsch, l’ancien ministre de la Défense a rejeté la plupart des accusations précises portées contre lui dans une cinquantaine de cas d’exactions.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte