Dossier

Cet article est issu du dossier «Madagascar : les douze travaux de Rajoelina»

Voir tout le sommaire
Politique

Madagascar : des ministres sous haute surveillance

Le chef du gouvernement, Christian Ntsay, était déja en poste sous la présidence précédente.

Le chef du gouvernement, Christian Ntsay, était déja en poste sous la présidence précédente. © RIJASOLO / AFP

Neuf mois après la rentrée ministérielle de janvier 2019, certains ministres sont déjà sur le gril et pourraient bien faire les frais du remaniement attendu au lendemain des résultats des municipales.

La rentrée ministérielle de janvier 2019 était très attendue, puisqu’elle allait donner le ton du quinquennat d’Andry Rajoelina. Et, heureuse surprise, ce dernier avait honoré l’une de ses principales promesses de campagne en désignant un gouvernement composé de responsables politiques madrés et de jeunes techniciens pas forcément au courant des us et coutumes. Le tout sous l’autorité du Premier ministre, Christian Ntsay, déjà en poste sous le régime précédent et apprécié pour son sérieux et sa discrétion.

Neuf mois plus tard, certains sont déjà sur le gril et pourraient bien faire les frais du remaniement attendu au lendemain des résultats des municipales. « Même si certains n’ont pas atteint leurs objectifs, ils ne sont pas en mauvaise posture pour autant aux yeux de l’opinion », analyse le juriste Toavina Ralambomahay.

À part à l’Enseignement supérieur, où le déroulement du baccalauréat 2019 a été gâché par la fuite des sujets sur les réseaux sociaux. « Je ne démissionnerai pas », s’est vite défendue la ministre Blanche Nirina Richard, qui accuse ses détracteurs de « déstabilisation », sans doute pour contrer ses volontés de réforme.

Libéraliser le marché

Un autre ministre doit continuer à faire ses preuves sur un dossier difficile, mais imposé par le Président lui même. Aux Télécoms, Christian Ramarolahy a la lourde tâche de libéraliser le marché de la fibre optique, monopolisé par Telma. Son labeur vient de se compliquer encore car il assure l’intérim, depuis mercredi 30 octobre, du ministre de l’énergie, Vonjy Randriamanga, limogé le même jour. Ce dernier avait ouvert les négociations avec les compagnies pétrolières ainsi qu’avec les principaux producteurs d’électricité, pour les pousser à baisser leurs marges.

Parmi les poids lourds nommés en janvier, Hajo Andrianainarivelo ne devrait pas être menacé à l’Aménagement du territoire. À moins que le patron du MMM, l’un des principaux alliés politiques d’Andry Rajoelina, ne commence à être trop sur le devant de la scène. Aux Affaires étrangères, le successeur de Naina Andriantsitohaina, démissionnaire à la fin de septembre pour briguer la mairie d’Antananarivo, continue de se faire attendre.

Pour l’heure, c’est le Premier ministre qui assure l’intérim. C’est lui qui s’est rendu à l’Assemblée générale des Nations unies en septembre, à la place du président. Pourtant, aujourd’hui, certains s’interrogent sur sa durabilité. « Trouver un autre Christian Ntsay ne sera pas aisé, objecte un conseiller. Il ne fait pas d’ombre au chef de l’État, applique sa politique, plaît aux bailleurs de fonds, tout en étant côtier… [une obligation tacite à Madagascar, le président étant de l’ethnie Merina, du centre de l’île]. »

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte