Dossier

Cet article est issu du dossier «Le cannabis, nouvel eldorado africain»

Voir tout le sommaire
Agroalimentaire

Au Zimbabwe, la production de chanvre vise à remplacer le tabac

Dans une usine de prodution de tabac au Zimbabwe.

Dans une usine de prodution de tabac au Zimbabwe. © Capture Youtube

Au Zimbabwe, le chanvre est perçu par le gouvernement comme une alternative à la production de tabac, dont il pressent que la consommation mondiale va baisser.

Pour le consultant Nathan Emery, spécialiste des filières agricoles, cette orientation présente des risques. Si 2018 et 2019 ont été de mauvaises années, avec des prix bas, la filière tabac reste l’une des seules réussites du pays.
Elle a généré 3,8 milliards de dollars de revenus à l’exportation en 2017 et fait vivre entre 80 000 et 110 000 fermiers. Elle est très bien organisée, et le marché chinois – 300 millions de fumeurs – offre encore un solide débouché.

Par ailleurs, en misant sur le chanvre, le Zimbabwe risque de se heurter à une concurrence américaine plus puissante avant d’avoir pu véritablement structurer sa filière. Selon Nathan Emery, le pays aurait intérêt à opter pour de grandes cultures de cannabis afin de produire des fleurs (riches en THC) à bas coût et ainsi profiter de son potentiel agricole.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte