Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique-France : du discours à la méthode»

Voir tout le sommaire
DIASPO ASSUR
Diplomatie

Afrique-France : le Fonds Mondial au chevet d’un continent

Les artistes Youssou N’Dour et Bono, à la conférence duFonds mondial, à Lyon.

Les artistes Youssou N’Dour et Bono, à la conférence duFonds mondial, à Lyon. © Olivier Chassignole/AP/SIPA

L’ambitieux objectif affiché par le président français lors de la conférence de reconstitution du Fonds mondial contre les trois grandes pandémies a été atteint. Mais ce succès ne tient pas uniquement au « show Macron ».

Le président français a tenu à accueillir la conférence de reconstitution du Fonds mondial contre les trois grandes pandémies (sida, tuberculose et paludisme), dont 70 % des fonds sont destinés à l’Afrique. Il a affiché un objectif très ambitieux, invité les chefs d’état africains à participer à l’événement et, sur scène comme en coulisse, n’a pas ménagé son énergie pour comptabiliser les 14 milliards de dollars annoncés. L’objectif a été atteint, même s’il serait injuste de limiter ce succès au seul « show Macron ».

Rémy Rioux, président de l’Agence française de développement (AFD) en témoigne : « Entre 2007 et 2017, l’argent consacré par la France à l’aide publique au développement avait baissé de 40 % et, de fait, l’action de l’AFD en matière de santé avait quasiment disparu. Depuis, la tendance a changé : nous disposons de 500 millions d’euros pour le secteur. »

Les projets financés sont variés : formation en Côte d’Ivoire, chèques-santé en Mauritanie, laboratoires d’analyse (en partenariat avec le groupe Mérieu) dans sept pays du continent… à cela s’ajoute la publication, en septembre, de « Carnets de santé » réalisés sous l’égide du Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA) pour recenser les initiatives observées sur le continent et appeler les porteurs de projet à se manifester.

Une aide à mieux répartir

« La France agit au niveau multilatéral et au niveau bilatéral, insiste la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, également présente à la conférence lyonnaise. Son effort porte prioritairement sur les pays les plus vulnérables, notamment en Afrique subsaharienne, qui, paradoxalement, ont souvent du mal à absorber l’aide venue d’organisations comme le Fonds mondial ».

C’est un problème que tous les intervenants soulignent : certains pays où le système de santé est bien organisé – Rwanda ou Malawi par exemple – savent trouver un usage aux sommes versées, mais d’autres peinent car la demande de soins y est trop désorganisée pour qu’elle puisse parvenir à rencontrer l’offre.

Aujourd’hui, les maladies non transmissibles comme le cancer ou l’hypertension sont de plus en plus fréquentes, mais elles ne bénéficient que d’environ 1 % de l’aide internationale

L’initiative Santé Entreprise Afrique, lancée par le Conseil français des investisseurs en Afrique (Cian), vise à répondre à ce défi en proposant un service de détection des maladies directement dans les entreprises. « Nous avons commencé en Côte d’Ivoire, explique son président, Étienne Giros. L’objectif est d’être au Cameroun en 2020, puis en Guinée et au Burkina Faso. »

Coauteur du rapport du CPA sur les systèmes de santé, l’oncologue et immunologue kényane Yvonne Mburu conclut par un ultime rappel : « Il faut faire attention à ne pas concentrer toute l’aide sur les grandes pandémies. Aujourd’hui, les maladies non transmissibles comme le cancer ou l’hypertension sont de plus en plus fréquentes, mais elles ne bénéficient que d’environ 1 % de l’aide internationale. »

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte