Actualités

Jeunes diplômés au Cameroun : entrepreneurs en herbe ou cadres de géants mondiaux

Par  | 

JA est allé à la rencontre des étudiants camerounais des grandes écoles, pour recueillir leurs attentes sur leurs futurs employeurs.

Étudiante en master 2 à l’université Saint-Jérôme de Douala, Sebana espère être embauchée dès la fin de sa formation par la Société anonyme des brasseries du Cameroun, filiale du groupe Castel, où elle a déjà effectué un stage.

« Je suis dans la filière gestion de la chaîne logistique. Notre formation nous prédispose à travailler dans tous les segments : achat, production, distribution, transport. Cette polyvalence m’autorise à m’insérer dans plus d’un département au sein de cette entreprise », fait valoir la jeune femme.

Entrepreneuriat

Son condisciple Nelson envisage, quant à lui, de fonder son cabinet d’audit et d’expertise comptable, des métiers qu’il étudie actuellement. « Je souhaiterais débuter chez l’un des Big Four [les quatre plus grands cabinets internationaux d’audit : EY, KPMG, PwC et Deloitte], puis poursuivre deux à trois années dans une entreprise avant de m’établir

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte