Actualités

Grandes écoles : que veulent les jeunes diplômés africains ?

Par  | 

JA est allé à la rencontre des étudiants des grandes écoles pour recueillir leurs attentes sur leurs futurs employeurs.

Notre enquête dans six pays francophones le montre, la nouvelle génération qui va sortir des grandes écoles d’ingénieur et de management veut clairement travailler dans le secteur privé. Si les entreprises actives sur le continent savent saisir cette opportunité, elles pourront s’appuyer sur leurs jeunes recrues – leurs dirigeants de demain – pour mieux s’adapter à des marchés où les moins de 25 ans représentent plus de la moitié de la population et les 15-24 ans autour de 20 % en moyenne. Mais la plupart des jeunes diplômés ne sont pas prêts à se mettre au service de n’importe quelle entreprise.

Multinationales et expatriations

De Tanger à Libreville, les attentes des étudiants de dernière année à l’égard des entreprises se ressemblent. Plus exigeants que leurs aînés sur le sens qu’ils veulent trouver dans leur travail, ils souhaitent aussi pouvoir bénéficier d’une certaine autonomie par rapport à leur management. Ils ont envie d’une expérience internationale – notamment panafricaine –, de perspectives à long terme, mais aussi d’entrepreneuriat.

Le chômage des jeunes, même qualifiés, reste très élevé, autour de 40 % au Gabon et de 35 % en Tunisie

Des souhaits parfois contradictoires et le plus souvent difficiles à satisfaire, en particulier dans des groupes africains restés à l’échelon national, faisant la part belle à l’ancienneté et à un management familial et vertical, ce qui peut entraîner des conflits de générations. D’où l’attraction pour les multinationales – et quelques groupes panafricains –, et pour l’expatriation qui transparaît dans les témoignages recueillis par les correspondants de JA dans une douzaine d’établissements africains de haut niveau.

Premier poste

Travailler pour le service public, ce qui représentait auparavant un idéal grâce à la perspective d’un emploi supposé garanti à vie, n’attire plus guère, notamment pour des raisons salariales – les États africains paient mal –, mais aussi managériales. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les administrations dans les pays qui auraient besoin des meilleurs profils pour améliorer leur efficacité.

Même si les jeunes diplômés des grandes écoles ont des attentes fortes à l’égard de leurs futurs employeurs, ils font aussi part de leurs craintes de ne pas réussir à trouver un emploi. Le chômage des jeunes, même qualifiés, reste très élevé, autour de 40 % au Gabon et de 35 % en Tunisie selon la Fondation Mo Ibrahim. Les difficultés à décrocher un premier poste restent majeures, surtout pour ceux qui sont dépourvus d’un réseau familial, utile pour leur ouvrir des portes dans un secteur formel qui ne représente que 8 % environ des emplois en Afrique subsaharienne francophone et de 20 à 36 % au Maghreb, selon une étude de l’Organisation internationale du travail de 2018.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Cameroun

APPEL À CANDIDATURE DE DIRECTEUR GÉNÉRAL La Bourse des Valeurs Mobilières de l’Afrique Centrale (BVMAC), société anonyme dotée d’un capital social de FCFA 6 842 900 000, dont le siège social est à Douala (République du Cameroun), recrute un Directeur Général. A- RESPONSABILITE DU DIRECTEUR GENERAL Le Directeur Général est investi des pouvoirs les plus étendus qu’il exerce dans la limite de l’objet social et sous réserve de ceux expressément attribués aux Assemblées générales ou spécialement au Conseil d’Administration par les dispositions légales ou statutaires. Plus généralement, il est chargé : 1- d’assurer la représentation diplomatique, économique, nancière et judiciaire de la BVMAC ; 2- de mettre en œuvre les décisions et résolutions prises par le Conseil d’Administration ; 3- d’établir et d’exécuter les plans pour atteindre les objectifs stratégiques de la BVMAC conformément aux directives du Conseil d’Administration ; 4- d’assurer la gestion administrative, nancière et comptable de la BVMAC. 5- de promouvoir le marché nancier régional auprès des émetteurs et des investisseurs et de participer avec les autres acteurs à l’approfondissement du marché financier régional ; 6- d’assurer la promotion, la formation, et l’information sur la culture boursière. B- QUALIFICATIONS - être titulaire d’un diplôme d’études supérieures, de niveau BAC+5 au moins, en économie, en finances, en gestion ou en sciences juridiques ; - disposer d’au moins dix (10) années d’expérience pratique de management dans le secteur des marchés financiers au sein d’un bourse des valeurs mobilières, d’une société de bourse, d’une institution nancière ou de tout autre organisme exerçant dans les secteurs connexes. Le (la) candidat(e) devra en outre présenter au moins cinq (5) années d’expérience en qualité de directeur général ou de directeur de service dans une bourse des valeurs mobilières ou dans une structure relevant du secteur des marchés financiers. C- PROFIL RECHERCHÉ - être ressortissant(e) de la CEMAC et jouir de la nationalité d’un Etat membre ; - être âgé (e ) de 35 ans au moins ; - avoir une très bonne connaissance de l’environnement boursier de l’OHADA et de la CEMAC et justifier d’une bonne connaissance des marchés financiers internationaux ; - avoir une bonne maîtrise du traitement des informations boursières ; - avoir de très bonnes connaissances dans la pratique des marchés boursiers et dans la gestion des risques financiers ; - être de bonne moralité et jouir de ses droits civiques et moraux ; - avoir une bonne maîtrise des langues française, anglaise et espagnole. D- REMUNERATION ET AUTRES AVANTAGES La rémunération est attractive. Par ailleurs, le Directeur Général, en sa qualité de chef de mission diplomatique, bénéficie d’importants privilèges, immunités et facilités accordés conformément aux usages internationaux et diplomatiques. E- DUREE DU CONTRAT La durée du contrat est de quatre (4) ans, éventuellement renouvelable une fois. Le candidat retenu entrera en fonction le 1er juillet 2021. F- DEPOT DES CANDIDATURES Les dossiers de candidature (version électronique) doivent être transmis à l’adresse électronique suivante : presicomitederecrutement@bvmac.cm G- COMPOSITION DU DOSSIER Le dossier de candidature doit comprendre les pièces scannées suivantes : - une demande ; - un extrait d’acte de naissance ; - un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois (3) mois ; - un curriculum vitae certifié par une déclaration sur l’honneur auquel sont joints les certificats de travail correspondants ; - des copies certifiées conforme des titres, des diplômes ou des attestations de qualification ; - un certificat de nationalité. En cas de recrutement, un certificat médical attestant de la bonne santé physique et mentale du candidat, les originaux des diplômes et d’autres pièces seront exigées. H- DATE LIMITE DE DEPOT DES DOSSIERS La date limite pour le dépôt des dossiers est fixée au 31 mars 2021, à 17 heures (GMT + 1). I- PUBLICATION DES RESULTATS Le candidat retenu à l’issue du processus de sélection sera informé par message électronique et par communiqué du  Président du Conseil d’Administration. NB : Pour tout renseignement complémentaire, bien vouloir vous adresser à la Direction Générale de la BVMAC. Bourse des Valeurs Mobilières de l’Afrique Centrale BP 442 Douala, Cameroun Tel : (+237) 233 43 85 83 E-mail : bvmac@bvmac.cm www.bvmac-ac.cm
2021-03-03 15:26:38
full-time
Côte d'Ivoire

| Banque-Finance-Assurance
TITRE DU POSTE :   AUDITEUR GÉNÉRAL
COMPLEXE :   LA PRÉSIDENCE (PRST)
DÉPARTEMENT/DIVISION :   BUREAU DE L’AUDITEUR GÉNÉRAL (PAGL)
GRADE :   EL4
SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :   LE PRÉSIDENT
LIEU D’AFFECTATION :   ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE
INFORMATION SUR LE POSTE :   CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES. Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou en envoyant une capture écran indiquant le problème à  : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG  
NO SAP   50092339
DATE DE CLÔTURE :   27 Mars 2021 (à minuit GMT)
Pour postuler: https://www.afdb.org/fr/vacancies/auditeur-general-pagl-42407
LA BANQUE : Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les Pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013‑2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, Cinq grandes priorités (High 5) dans lesquelles les interventions devront s’intensifier pour accélérer l’obtention de résultats en Afrique ont été identifiées, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera la mise en œuvre efficace de cette vision.  LE DÉPARTEMENT RECRUTEUR : Le Bureau de l’Auditeur général fournit une assurance indépendante et objective ainsi que des services de conseil destinés à ajouter de la valeur et à apporter une amélioration aux opérations de la Banque. Le Bureau aide également la Banque à atteindre ses objectifs stratégiques en assurant une approche systématique et disciplinée pour évaluer et améliorer l’efficacité des processus de gestion des risques, du contrôle et de la gouvernance. Le Bureau de l’Auditeur général est responsable de la planification, de l’organisation, de l’orientation et du contrôle d’un vaste programme global d’audit interne et externe et de services d’assistance/conseil, y compris, mais sans s’y limiter, tous les projets et programmes du Groupe de la Banque. Le Bureau fournit à la Direction, tous niveaux confondus, et au Conseil des évaluations périodiques, indépendantes et objectives ainsi que des audits des activités financières, comptables, opérationnelles, administratives et autres, notamment en ce qui concerne l’identification des moyens possibles d’améliorer la responsabilité et l’efficacité au niveau des opérations et de réaliser davantage d’économies dans l’utilisation des ressources. Le Bureau de l’Auditeur général fournit également des services de conseil et de consultation aux complexes de la Banque en ce qui concerne le contrôle de gestion et la production de rapports à cet égard, l’élaboration de politiques et de systèmes et l’examen de nouveaux produits et services dès leur conception. À cet égard, le Département de l’audit est appelé à développer et à mettre en œuvre des mesures et des pratiques proactives, notamment des programmes de sensibilisation et des séances de planification du travail avec les complexes opérationnels et les départements concernés de la BAD. L’objectif primordial est de passer d’une approche rétrospective à une approche positive et préventive qui permettrait d’analyser et d’identifier de manière proactive les domaines de risque et les préoccupations, et de tenter de relever les défis avant même qu’ils ne se manifestent.  LE POSTE :  Le service d’audit interne a la responsabilité de mettre en place et d’assurer la gestion d’une fonction ayant pour rôle de fournir des services d’assurance et de conseil indépendants et objectifs destinés à apporter une valeur ajoutée et une amélioration aux opérations de la BAD. Les activités de l’Auditeur général couvrent les thèmes clés suivants, conformément aux normes internationales établies en la matière : ·    Effectuer un examen objectif des processus opérationnels de la BAD. ·    Évaluer l’efficacité des procédures de gestion des risques actuellement en place. ·    Protéger la Banque contre la fraude et le vol des actifs. ·    Veiller à ce que la BAD respecte les lois et les statuts pertinents, ainsi que les normes attendues d’une organisation internationale de développement. ·    Formuler des recommandations sur la manière d’améliorer les contrôles internes et les processus de gouvernance. L’Auditeur général assure la direction et la gestion des programmes et des activités de l’ensemble du Département de l’audit interne. De ce fait, le titulaire du poste devra justifier d’une grande expérience dans des environnements institutionnels et internationaux bien établis et avoir été fréquemment en contact avec de tels environnements. Le poste exige un niveau élevé d’équanimité et d’intégrité, ainsi qu’une expérience à des postes de leadership ou de direction, notamment dans des contextes internationaux ou dans le secteur privé. Le poste exige également de l’énergie et un désir inné de résoudre des problèmes et des questions complexes. Le titulaire du poste devra développer des relations de travail à tous les niveaux de la communauté interne - Vice-présidents, Directeurs, Chefs de division et personnel. Le candidat retenu devra également être capable d’analyser et de faire une synthèse succincte des problèmes rencontrés, et ce dans un langage que toutes les parties prenantes comprennent et apprécient. Ce poste relève officiellement et structurellement du Président de la Banque. Il entretient toutefois une relation fonctionnelle avec le Conseil d’administration. Les rapports de l’Auditeur général sont soumis directement au Conseil d’administration. Ainsi, le titulaire du poste rend compte de ces rapports et conclusions au Conseil. PRINCIPALES FONCTIONS : En règle générale, le service d’audit interne est censé effectuer des audits portant sur la comptabilité/gestion financière et les questions de conformité. Sous la supervision générale du Président, le titulaire de ce poste devra assumer les responsabilités suivantes :
  • Définir des objectifs et des buts à long terme et à moyen terme, en matière d’audit sur une base annuelle.
  • Diriger une équipe de professionnels et de personnel de soutien qui doit fournir des services efficaces et de haute qualité en soutien aux opérations de l’Institution. Définir des objectifs de performance réalistes et motiver les membres de l’équipe à les atteindre, tant au niveau individuel qu’à celui de l’équipe dans son ensemble. Assurer la bonne gestion du personnel et des ressources du Département dans le but d’atteindre les objectifs de la Banque et du Département.
  • Développer un plan de couverture à long terme axé sur les risques pour mieux rationaliser l’allocation des ressources d’audit en se focalisant sur les domaines les plus importants et à haut risque opérationnel de la Banque.
  • Élaborer un programme d’audit annuel flexible en utilisant une méthodologie appropriée axée sur les risques, y compris tout risque ou problème de contrôle identifié par la Direction, et soumettre le programme au Président et au Comité d’audit pour examen et approbation.
  • Fournir des services d’assurance et de conseil indépendants et objectifs destinés à apporter une valeur ajoutée et une amélioration aux opérations de la Banque.
  • Déterminer si le cadre des processus de gestion des risques, de contrôle et de gouvernance de la Banque, tel que conçu et mis en œuvre par la Direction, est adéquat et efficace en procédant à une évaluation de l’adéquation et de l’efficacité des processus de la Banque en ce qui concerne le contrôle de ses activités et la gestion des risques.
  • Superviser les audits financiers, opérationnels, administratifs et informatiques, y compris, mais sans s’y limiter, l’audit sur le terrain des projets et programmes financés par la Banque ;
  • Examiner les systèmes de contrôle interne mis en place par la Banque en vue de la protection de ses actifs financiers et physiques, en vérifiant l’existence des actifs correspondants et en formulant des recommandations pour corriger toute faiblesse éventuelle ;
  • Examiner la fiabilité, l’exactitude et l’intégrité des principaux systèmes d’information financière et de gestion automatisée, en veillant à l’utilisation, dans ces systèmes, des principaux moyens de contrôle qui permettent de réduire au minimum le risque de pratiques non autorisées ;
  • Superviser la mise en œuvre du plan d’audit annuel, tel qu’il a été approuvé, y compris, le cas échéant, toute tâche ou mission spéciale émanant du Président ou du Conseil d’administration ; et, établir des rapports périodiques sur l’état de mise en œuvre et les résultats du plan d’audit annuel ainsi que sur l’adéquation des ressources du Bureau.
  • Superviser la prestation des services de conseil et d’audit, en plus des services d’assurance de l’audit interne, pour aider la Direction à atteindre ses objectifs ; et, maintenir un programme d’assurance qualité qui permet à l’Auditeur général de vérifier la conformité des processus et procédures d’audit interne avec les normes établies en la matière.
  • Superviser l’évaluation et l’analyse des principaux nouveaux services, processus, opérations et contrôles, ou des changements survenus à cet égard, en correspondance avec les différentes phases de leur élaboration et de leur mise en œuvre.
  • Assurer la liaison avec les auditeurs externes dans le but de fournir une couverture d’audit optimale à la Banque.
  • Maintenir un système continu de surveillance de l’adéquation des actions entreprises par la Direction dans le but de mettre en œuvre les recommandations des audits internes et externes et rendre compte de l’état de cette mise en œuvre au Président et au Conseil d’administration.
  • Élaborer le budget annuel en veillant à ce que les besoins du Bureau soient couverts.
  • Veiller à ce que toutes les opinions et conclusions finales émanant du Département soient d’un niveau suffisamment élevé et répondent aux normes professionnelles en la matière.
  • Concevoir et assurer la mise en œuvre des programmes de sensibilisation et de formation destinés aux groupes cibles identifiés des parties prenantes internes sur des sujets pertinents et des domaines d’intérêt pour le Département.
  • Rapports et recommandations - élaborer des conclusions et des recommandations d’audit qui soient solidement fondées, équilibrées et qui offrent des possibilités pratiques d’amélioration, établir des projets de rapports d’audit de performance et œuvrer en faveur de l’amélioration continue et de l’innovation dans la pratique et la méthodologie de l’audit des performances.
  • Liaison avec les parties prenantes et conseils - assurer la liaison, négocier et établir des relations efficaces avec les parties prenantes externes, fournir des conseils aux cadres supérieurs internes et externes, prendre part à la présentation des rapports des organes directeurs et communiquer les résultats des audits aux parties prenantes internes et externes.
 COMPÉTENCES (qualifications, expérience et connaissances) :
  •  Être titulaire d’au moins un master en administration des affaires, en comptabilité ou dans un domaine connexe (une spécialisation en audit interne ou un certificat de niveau supérieur en audit interne constituera un avantage supplémentaire.
  • Avoir une expérience pertinente d’au moins 10 ans dans la gestion d’équipes et d’unités opérationnelles dans le domaine de l’audit et des processus de contrôle. De plus, le candidat devra justifier d’une expérience pratique en matière de prestation de services de conseil à la Haute Direction et au Conseil d’administration sur les défis et les problèmes rencontrés dans le domaine de l’audit interne.
  • Le candidat retenu devra avoir obtenu des résultats clairement définis et démontrables au cours de sa carrière. Il devra également avoir fait preuve de compétences individuelles dans la conduite et la réalisation d’initiatives de transformation dans le domaine considéré.
  • Le candidat retenu devra avoir fait preuve d’aptitudes et de compétences en matière de relations et de communication avec les petits et les grands groupes. Des compétences en matière de communication écrite ainsi que de communication par le biais de plates-formes sont essentielles. La connaissance et la familiarité avec les tendances et les pratiques de pointe dans le domaine de l’audit institutionnel et international sont également des critères importants.
  • Le candidat idéal devra avoir la capacité d’inspirer aux autres un sentiment de devoir et de responsabilité, avoir une orientation stratégique, savoir exploiter les informations et les opportunités et faire preuve de jugement, d’intelligence et de bon sens.
  • Le candidat retenu devra être un communicateur dynamique et efficace, soucieux des résultats et orienté vers le client. Des compétences analytiques et la capacité à travailler de manière transversale et sous pression sont des conditions préalables essentielles.
  • Servir de modèle, donner l’exemple, renforcer la cohésion et l’engagement pour motiver les membres du personnel. Maintenir un haut niveau d’intégrité professionnelle, assurer un traitement équitable des individus et être sensible aux différences entre cultures, nationalités et sexes.
  • Être membre d’une association professionnelle ou d’une communauté de pratique reconnue au niveau national, régional ou international.
  • Être capable de communiquer et d’écrire efficacement en français ou en anglais, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue.
Seuls les candidats répondant à tous les critères exigés par la Banque et retenus pour les entretiens seront contactés. Les candidatures ne seront prises en compte que si elles sont constituées d’une demande soumise en ligne et d’un curriculum vitae (CV) complet en pièce jointe. Le Président de la BAD se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances et les candidatures féminines sont vivement encouragées. http://www.afdb.org. Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) ne perçoit aucuns frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien d’embauche, traitement final des candidatures). En outre, la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité de publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, d’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit. Auditeur général
2021-03-02 13:44:10
full-time
Côte d'Ivoire

| Banque-Finance-Assurance
INTITULÉ DU POSTE :   CHEF D’UNITÉ RISQUES CYBERNÉTIQUES
COMPLEXE :   SERVICES INSTITUTIONNELS ET RESSOURCES HUMAINES (CHVP)
DÉPARTEMENT/DIVISION :   SERVICES INSTITUTIONNELS ET RESSOURCES HUMAINES (CHVP)
GRADE :   PL1
SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :   VICE-PRÉSIDENT CHARGÉ DES SERVICES INSTITUTIONNELS ET DES RESSOURCES HUMAINES (CHVP)
LIEU D’AFFECTATION :   ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE
INFORMATIONS SUR LE POSTE :   CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES. Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d'écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG  
N° SAP :   50101122
DATE DE CLÔTURE :   12 Mars 2021 (à 23 h 59 GMT)
Pour postuler: https://www.afdb.org/fr/vacancies/chef-dunite-risques-cybernetiques-chsa-42404
LA BANQUE : Créée en 1964, la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social sur l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le Programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique nécessaire aux projets porteurs de transformation, qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (High 5), dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique, ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera avec succès la mise en œuvre de cette vision. LE COMPLEXE : La Vice-présidence des services institutionnels et des ressources humaines (CHVP) assure la fourniture de services institutionnels efficaces, centrés sur les personnes et répondant aux besoins des clients, afin de garantir une efficacité institutionnelle globale dans tous les aspects des services institutionnels de la Banque. Le Complexe mène les efforts visant à numériser et à transformer la Banque en un vivier de talents, à promouvoir des politiques de ressources humaines qui renforcent le talent, à conduire une culture axée sur la performance, et à s’assurer la compétitivité de la Banque en tant qu’employeur de choix. Le Complexe veille à ce que les ressources humaines et les services institutionnels soient en harmonie pour améliorer leur performance, et exécuter la vision stratégique et les priorités de la Banque. Le Complexe est chargé d’assurer le leadership dans la formulation et la mise en œuvre des stratégies de la Banque concernant la gestion des personnes, les technologies de l’information, les services généraux et les achats institutionnels, les services linguistiques, la continuité des affaires, ainsi que la santé et la sécurité. LE DÉPARTEMENT/LA DIVISION QUI RECRUTE : Le chef de l’Unité en charge des risques cybernétiques créera une nouvelle unité au sein de la Banque, afin de fournir une expertise et une assistance pour assurer une protection effective des actifs relatifs aux infrastructures et aux informations de la Banque. L’Unité en charge des risques cybernétiques sera responsable de la sauvegarde de tous les actifs de la Banque relatifs aux technologies de l’information et de la communication (TIC), sur l’ensemble des plateformes, en tous lieux, et pour l’ensemble des parties prenantes. L’Unité en charge des risques cybernétiques fera partie de la gestion du cycle de vie des TIC de la Banque, et lui offrira des solutions TIC sécurisées. Elle pilotera les solutions technologiques sécurisées à la Banque et les fournira. Ces activités incluent, sans s’y limiter, le Centre d’opérations de la sécurité (SOC), la réponse aux incidents cybernétiques, la veille en matière de menaces, l’attaque et la défense de type « zéro day », la sécurité des données en nuage, la sécurité mobile, la sécurité des données ainsi que la sécurité des applications. L’Unité en charge des risques cybernétiques mettra l’accent sur l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies, de politiques et de normes en matière de risques liés à l’information, et veillera à la mise en place de solutions efficaces, de politiques et de procédures appropriées, notamment les règles de connexion et d’authentification des utilisateurs, la violation des règles de sécurité, les procédures de recours à la hiérarchie, et les procédures d’évaluation de la sécurité. L’Unité en charge des risques cybernétiques appliquera les politiques et les procédures en matière de sécurité de l’information, surveillera les profils de sécurité des données sur toutes les plateformes et mènera des enquêtes sur les scénarios de risque. LE POSTE : Le poste vise les objectifs suivants : 1.     Se charger de la sauvegarde de tous les actifs de la Banque relatifs aux technologies de l’information et de la communication (TIC), sur l’ensemble des plateformes, en tous lieux, et pour l’ensemble des parties prenantes. En outre, le titulaire du poste jouera un rôle décisif dans le programme élargi de la Banque relatif aux risques liés aux technologies de l’information, et sera chargé d’assurer la conformité aux normes de sécurité de l’information auprès de tous les fournisseurs externes. 2.     Élaborer une vision exhaustive des pratiques en matière de sécurité cybernétique pour la Banque, dans le cadre de la gestion des politiques de sécurité, des procédures, des orientations et des normes. Cette vision inclura entre autres des feuilles de route de l’architecture sécuritaire des TIC, les outils associés et les procédures sécuritaires. 3.     Diriger l’innovation de la sécurité cybernétique au sein de la Banque, et offrir des solutions TIC novatrices, de sorte à répondre aux défis opérationnels et technologiques. 4.     Proposer des solutions à l’équipe de projet opérationnelle et TIC de la Banque, veiller à la gestion des exigences en matière de sécurité de l’information et de la technologie, notamment la confidentialité, l’intégrité et la disponibilité, et veiller à atteindre les objectifs des projets. 5.     Planifier, exécuter et gérer des projets multidimensionnels liés à la gestion des risques cybernétiques, à l’atténuation et à l’intervention, à la conformité, à l’assurance du contrôle et à la sensibilisation des utilisateurs. 6.     Actualiser, tenir à jour et documenter les systèmes de contrôle de l’information, et apporter un appui direct aux structures informatiques internes de la Banque. 7.     Piloter et coordonner, structurer et suivre les mesures liées à l’élaboration et à la mise en œuvre d’une nouvelle unité des risques cybernétiques. Celle-ci assurera la gestion efficace de ces risques, la planification axée sur les risques et veillera à la collaboration avec les départements opérationnels sur divers aspects des risques cybernétiques, à l’effet de réaliser les objectifs opérationnels de la Banque. 8.     Superviser les activités qui lui sont confiées, principalement dans le cadre de la gestion des risques, et piloter des projets techniques dans tous les domaines techniques, afin d’atténuer les risques cybernétiques. PRINCIPALES FONCTIONS : Les domaines de responsabilité du chef de l’Unité relèvent des catégories suivantes : ·       Gouvernance et stratégie : S’assurer de la gestion sans heurt de toutes les initiatives énumérées plus haut, de l’obtention de leur financement, et de la compréhension de leur importance auprès des responsables institutionnels ; ·       Opérations en matière de sécurité : Analyser en temps réel les menaces imminentes, et trier les problèmes qui se posent ; ·       Risque et veille cybernétiques : Se tenir au courant des menaces sécuritaires en cours, et aider le Conseil à comprendre les problèmes sécuritaires potentiels susceptibles de découler des acquisitions et d’autres mouvements opérationnels importants ; ·       Perte des données et prévention de la fraude : S’assurer que le personnel interne utilise correctement les données et ne les vole pas ; ·       Architecture de la sécurité :  Planifier, acquérir et mettre en service le matériel et le logiciel, et veiller à la conception de l'infrastructure du réseau informatique en gardant à l’esprit les meilleures pratiques en matière de sécurité ; ·       Gestion des identités et des accès : S’assurer que seules les personnes habilitées ont accès aux données et aux systèmes restreints ; ·       Gestion des programmes : Se tenir au courant des besoins sécuritaires, en mettant en œuvre des programmes ou des projets qui atténuent les risques ; ·       Enquêtes et expertise judiciaire : Déterminer les dysfonctionnements en cas de violation, gérer les responsables s’ils sont internes, et planifier en vue d’éviter que la crise ne se reproduise. Le titulaire du poste assumera notamment les fonctions suivantes : 1.     Appropriation de la vision, de la stratégie et de l’assurance relatives à la conformité à la sécurité de l’information, y compris des éléments suivants : -       Planification stratégique du système de gestion des risques cybernétiques de la Banque, notamment de l’évaluation de la situation, de la vision et de la mission, des objectifs, et des feuilles de route à court, moyen et long termes. -       Évaluation et interprétation des meilleures pratiques de l’industrie pour le compte de la BAD (NIST, ISO, SANS, COBIT, CERT), et exigences de conformité (juridiques et réglementaires). -       Selon qu’il conviendra, appropriation, parrainage, gestion, appui et supervision des évaluations en matière de sécurité de l’information, des audits, et du suivi. -       Gestion des menaces posées à la sécurité de l’information et de la vulnérabilité, établissement de rapports concernant les incidents, gestion d’événements, enquêtes sur les événements ainsi que leur analyse. -       Appropriation du portefeuille de projets relatifs à la sécurité de l’information, y compris le développement de capacités nouvelles ou améliorées, et gestion des domaines nécessitant des mesures correctives. -       Conduite et parrainage de la stratégie de la BAD relative à la gestion des risques informatiques institutionnels. 2.     Planification stratégique, gestion des risques et actions : -       Développer une stratégie de gestion des risques cybernétiques, de sorte à répondre aux besoins à court, moyen et long termes. -       Concevoir, élaborer et entretenir l’Architecture de sécurité de l’information d’entreprise (EISA - Enterprise Information Security Architecture) par l’alignement des processus opérationnels, du matériel et du logiciel informatiques, des réseaux locaux et au-delà, des personnes, des opérations et des projets, dans le cadre de la stratégie globale de l’organisation en matière de sécurité -       Procéder à une analyse externe de l’organisation (par exemple, une analyse des clients, de la concurrence, des marchés et de l’environnement de l’industrie), et à une analyse interne (gestion des risques, capacités de l’organisation, mesure de la performance, etc.). Utiliser ces analyses pour faire correspondre le programme en matière de sécurité aux objectifs de l’organisation -       Identifier et consulter les principales parties prenantes, en vue d’assurer une compréhension des objectifs de l’organisation -       Définir un plan stratégique prospectif, visionnaire et novateur, dans le cadre du rôle à jouer pour le programme de sécurité de l’information, contenant des cibles et des objectifs clairs qui aident à répondre aux besoins opérationnels de l’organisation 3.     Implication des intervenants du secteur -       Collaborer avec les dirigeants du secteur d’activité sur des questions de risque allant des politiques et de la gouvernance aux opérations liées aux risques de sécurité. -       Offrir un appui de niveau expérimenté et actif à l’équipe de projet opérationnelle, de sorte à garantir la livraison des projets conformément aux cibles, aux délais impartis et au budget, dans le but de répondre aux besoins de l’institution. -       La BAD a adopté une stratégie axée sur la « priorité au nuage ». Les plateformes qui hébergent des services en nuage et les logiciels en tant que service (SaaS – software-as-a-service) sont largement utilisés au sein des unités opérationnelles et des unités informatiques de la Banque. Le titulaire du poste dirigera l’Unité et élaborera une stratégie en matière de sécurité en nuage. Il sera responsable de la mise en œuvre de la stratégie. -       Fournir des mesures administratives et de suivi au Vice-président de CHVP, tout en entretenant des relations avec les Unités chargées de la continuité des activités, de la sécurité physique, le Département des technologies de l’information, l’Équipe chargée des risques opérationnels et le Chef de la gestion des risques du Groupe. -       Diriger et assurer la coordination et le consensus avec les autres équipes de la Banque, afin d’harmoniser les processus et les procédures, et assurer une approche commune des activités de gestion des risques cybernétiques. 4.     Mener l’innovation de la technologie en matière de sécurité cybernétique au sein de la Banque, et proposer des services de conseil d’expert du plus haut niveau à la Haute direction. 5.     Veiller à ce que tous les processus et l’accès soient conformes aux politiques de la Banque. 6.     Apporter un soutien dans le cadre des audits internes et externes. 7.     Gérer des projets multiples de grande envergure, ambigus et très complexes. 8.     Entretenir des connaissances spécialisées sur tous les principes, les technologies et les éléments relatifs au risque de cybersécurité. 9.     Comprendre la structure et les opérations du programme global de la Banque et appuyer la stratégie des priorités High 5. COMPÉTENCES (qualifications, expérience et connaissances) : 1.     Être titulaire au moins d’un Master 2 en génie électrique, génie des systèmes, sciences informatiques, génie informatique, technologies de l’information, systèmes d’information de gestion, gestion des risques et de la sécurité, ou dans des disciplines connexes. 2.     Plus de huit (8) ans d’expérience professionnelle à un poste pertinent de gestion du risque lié à la sécurité de l’information, et plus de deux (2) ans d’expérience à un poste de gestion ou à un poste similaire. Des compétences et une expérience équivalentes sont hautement recherchées. Expérience pratique de la norme ISO 27000 est exigée. Expérience de plus de trois (3) ans dans la réalisation ou la conduite d’évaluations de la sécurité de l’information fondées sur le risque serait un avantage supplémentaire. 3.     Expérience de niveau expert dans au moins deux domaines CISO 4.     Certifications obligatoires en sécurité TIC (à moins de pouvoir démontrer le même niveau de connaissances) : –      CISSP –      CISM et/ou CISA 5.     Certifications et expérience en sécurité désirées (une ou plus) : –      Hacker éthique certifié –      Sécurité CCIE –      Défense cybernétique SANS –      Veille des menaces –      Test d’intrusion Kali 6.     Expérience structurée de la gestion de projets dans le déploiement d’initiatives liées aux risques cybernétiques. 7.     Vaste expérience des systèmes réseau et informatiques, axée sur les technologies de l’information et les risques cybernétiques. 8.     Expérience de la gestion d’équipes. 9.     Connaissance de la conformité, des normes et des cadres réglementaires tels que ISO, NIST, COBIT et PCI DSS. 10.  Compréhension avérée des procédures et des méthodologies d’évaluation des risques en matière de sécurité de l’information et de gestion des risques. 11.  Capacité de mettre en corrélation les risques de l’entreprise avec les contrôles administratifs et les techniques appropriés en matière de sécurité. 12.  Connaissance et expérience de diverses architectures, d’environnements de traitement de transactions à grande échelle, de services hébergés externes et d’environnements de services informatiques hébergés en nuage. 13.  Compréhension et connaissance pratiques des principes, des normes et des processus en matière de risques liés aux technologies de l’information, tels que l’authentification et le contrôle d’accès, le renforcement des infrastructures, l’analyse du trafic réseau, la sécurité des terminaux, l’architecture des plateformes, la sécurité des applications, le cryptage et la gestion des clés, la sécurité du nuage, etc.). 14.  Connaissance pratique de tous les systèmes d’exploitation. 15.  Dynamisme et motivation personnelle à fournir d’excellents services aux utilisateurs. 16.  Excellentes aptitudes en relations interpersonnelles et sens de la collaboration. 17.  Solides compétences en communication pour favoriser l’engagement efficace des membres de l’équipe et des fournisseurs externes. 18.  Compétences en matière de résolution de conflits. 19.  Capacité à conseiller la Haute direction sur le développement de systèmes complexes et les questions y afférentes, qui sont d’une importance capitale pour l’Institution ; capacité d’analyse conceptuelle et stratégique à comprendre les systèmes d’information et les questions opérationnelles liées aux activités, de sorte à pouvoir analyser et à évaluer de façon minutieuse les enjeux touchant les systèmes essentiels. 20.  Expérience avérée de l’amélioration des processus et des approches ; faculté d’adaptation indéniable aux priorités en constante évolution. 21.  Aptitude à se tenir informé des nouvelles évolutions du métier et de la profession ; bonne compréhension des nouvelles technologies et des tendances de l’industrie. 22.  Excellent esprit d’équipe, aptitudes à la communication orale et écrite. 23.  Maîtrise de l’anglais, du français, ou des deux, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue.
Seul(e)s les candidat(e)s répondant à toutes les exigences du poste et retenu(e)s pour une évaluation plus approfondie seront contacté(e)s. Les candidat(e)s devront soumettre un curriculum vitæ (CV) concis, et tout autre document complémentaire pouvant être requis. Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé.  La Banque africaine de développement est un employeur garantissant légalité des chances, et les candidatures féminines sont vivement encouragéeshttp://www.afdb.org Le Groupe de la Banque africaine de développement ne perçoit aucun frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien dembauche, traitement final des candidatures). En outre, le Groupe de la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité de publications frauduleuses doffres demploi en son nom ou, de manière générale, dutilisation frauduleuse de son nom, de quelque manière que ce soit. Chef d'Unité
2021-03-02 13:34:13
full-time
Fermer

Je me connecte