Dossier

Cet article est issu du dossier «Madagascar : les douze travaux de Rajoelina»

Voir tout le sommaire
Économie

Madagascar : à la recherche du temps perdu

Dans un atelier de confection à Madagascar, en juillet 2018.

Dans un atelier de confection à Madagascar, en juillet 2018. © Miora Rajaonary / Getty images

Malgré une croissance positive et de première réformes encourageantes, le pays n’est pas encore complètement engagé sur la voie de l’émergence, fixée à l’horizon 2023…

Le président bénéficie d’un contexte des plus favorables pour relancer le pays même si l’impatience des Malgaches – et de certains bailleurs de fonds – est de plus en plus perceptible. Après une décennie de crise, la machine semble être repartie, et Madagascar a enregistré en 2018 son meilleur taux de croissance depuis longtemps, avec 5,1 %. Dopé par la demande domestique et la bonne tendance actuelle des exportations, il est même censé atteindre 5,3 % en 2021 et 5,4 % l’année suivante.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte