Dossier

Cet article est issu du dossier «Madagascar : les douze travaux de Rajoelina»

Voir tout le sommaire
Vie des partis

Madagascar : une opposition qui navigue à vue

Marc Ravalomanana lors de l'élection présidentielle de décembre 2018. La proposition de loi sur le statut du chef de file de l'opposition, si elle était adoptée, le disqualifierait d'office.

Marc Ravalomanana lors de l'élection présidentielle de décembre 2018. La proposition de loi sur le statut du chef de file de l'opposition, si elle était adoptée, le disqualifierait d'office. © Themba Hadebe/AP/Sipa

Hétéroclites et désorganisés, sans leader véritable, les adversaires d’Andry Rajoelina se cherchent encore un statut au sein du Parlement.

Les débats qui ont inauguré l’ouverture de la deuxième session parlementaire le 14 octobre ont été aussi véhéments que ceux qui avaient conclu la session extraordinaire de mi-août. Et ce n’est pas la loi de finances 2020, pourtant inscrite comme priorité du jour, qui a été au centre des échanges, mais bien le statut officiel de l’opposition.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte