Assurances

Bancassurance : chassé-croisé entre Pathé Dione (Sunu) et Jean Kacou Diagou (NSIA)

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 17 décembre 2019 à 14h44
Pathé Dione, président et fondateur de Sunu, et Jean Kacou Diagou, PDG du groupe NSIA

Pathé Dione, président et fondateur de Sunu, et Jean Kacou Diagou, PDG du groupe NSIA © Vincent Fournier pour JA

C’est sur le marché bancaire que la concurrence entre les deux hommes, née sur celui des assurances, s’étend désormais.

Depuis plusieurs années, une espèce de chassé-croisé se déroule entre Pathé Dione, patron de Sunu, et Jean Kacou Diagou, son grand rival, président-fondateur de l’assureur ivoirien NSIA. Longtemps concurrents dans le marché de la bancassurance en zone Cima (Conférence interafricaine des marchés d’assurance), les deux hommes s’affrontent désormais dans le secteur bancaire.

C’est Jean Kacou Diagou qui a, le premier, diversifié ses activités, NSIA ayant racheté dès 2006 la filiale ivoirienne de la Banque internationale pour l’Afrique occidentale (BIAO), depuis rebaptisée NSIA Banque Côte d’Ivoire et cotée à la Bourse d’Abidjan.

Les 200 premières banques africaines

Diversification

En 2011, NSIA remet le couvert en faisant l’acquisition de la filiale guinéenne de la BIAO.

Puis, en novembre 2017, le groupe de bancassurance rachète pour 61 millions d’euros le réseau francophone du nigérian Diamond Bank. Cette dernière prise, sa plus grosse à ce jour, lui permet d’augmenter sa part de marché en Côte d’Ivoire, ainsi que de s’implanter dans le secteur bancaire au Bénin, au Sénégal et au Togo. Enfin, en 2018, NSIA s’est associé au français Orange pour fournir des services financiers par voie numérique.

Pathé Dione a suivi son concurrent bien des années après, ne faisant l’acquisition de sa première banque, BPEC, qu’en 2018. Pour rattraper son retard, il envisage aujourd’hui une croissance rapide de ses activités bancaires à travers la région, mais le fossé reste large.

Être deuxième peut pourtant présenter certains avantages. Sunu peut ainsi apprendre des erreurs commises par NSIA, qui a déjà connu des revers. En Côte d’Ivoire, notamment, sa banque a été durement touchée par la faillite en 2018 du négociant SAF Cacao, puisqu’elle était la plus exposée de ses créanciers.

À quoi s’ajoutent une fraude sur ses cartes de crédit et la chute du cours des actions de NSIA Banque Côte d’Ivoire.

Autant d’écueils que Pathé Dione, qui a travaillé aux côtés de Jean Kacou Diagou à l’Union des assurances de Paris dans les années 1980, doit tenter d’éviter.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte