Sécurité

Crise sécuritaire au Burkina Faso : Roch Kaboré a demandé à Emmanuel Macron l’appui de Barkhane

Roch Marc Christian Kaboré, le président burkinabè, reçu par son homologue français Emmanuel Macron, le 9 octobre 2019 à Lyon.

Roch Marc Christian Kaboré, le président burkinabè, reçu par son homologue français Emmanuel Macron, le 9 octobre 2019 à Lyon. © Laurent Cipriani/AP/SIPA

Le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, s’est ouvert début octobre à son homologue français, Emmanuel Macron, des problèmes sécuritaires que connaît son pays, notamment dans sa partie septentrionale.

Le 10 octobre, à Lyon, Roch Marc Christian Kaboré a fait part à Emmanuel Macron de sa préoccupation concernant le vide sécuritaire dans certaines zones du Soum, province du Nord frontalière avec le Mali.

Il a donc demandé un appui accru de la force Barkhane (patrouilles conjointes, couverture aérienne, aide au ravitaillement…) dans ces zones afin qu’elle aide l’armée burkinabè à en reprendre le contrôle.

Appel à la communauté internationale

Face à la dégradation alarmante de la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest, les chefs d’État de la Cedeao, réunis mi-septembre pour un sommet extraordinaire à Ouagadougou, ont lancé un appel à la communauté internationale, notamment les Nations unies, qu’ils ont exhorté à doter la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali) d’un mandat aux prérogatives renforcées.

« La communauté internationale ne doit pas détourner son regard du Sahel et du Bassin du lac Tchad. C’est elle qui a provoqué la crise libyenne, véritable foyer d’alimentation de la crise dans notre région », avait alors fustigé Mahamadou Issoufou, le président nigérien.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte