Politique

Tunisie : deux partis à la manœuvre pour former une coalition pro-Saïed

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 22 octobre 2019 à 12h04
Kaïs Saïed s'exprimant devant la presse et ses partisans, au soir du second tour de l'élection présidentielle (image d'illustration).

Kaïs Saïed s'exprimant devant la presse et ses partisans, au soir du second tour de l'élection présidentielle (image d'illustration). © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Deux formations politiques sont particulièrement actives pour tenter de constituer une coalition de soutien au président Kaïs Saïed. Les détails.

Aucune majorité ne s’étant dégagée à l’Assemblée des représentants du peuple à l’issue des législatives du 6 octobre, l’exécutif risque de se heurter à des difficultés de gouvernance.

Deux partis, le Mouvement du peuple, de Zouheir Maghraoui, et le Courant démocrate, de Mohamed Abbou, tentent donc de créer avec d’autres partis représentés au Parlement (Ennahdha, Al-Karama, Tahya Tounes, Errahma…) une coalition de soutien au président Kaïs Saïed, qui recueillerait plus de 125 voix sur 217. Objectif : éviter une crise politique.

Proclamés le 9 octobre, les résultats préliminaires officiels des élections législatives ont conforté l’avance d’Ennahdha dans l’hémicycle, avec 52 sièges – contre 38 pour Qalb Tounes, le parti de Nabil Karoui. La formation à référentiel islamique est toutefois loin de pouvoir constituer une majorité, et doit obligatoirement nouer des alliances.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte