Politique

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara face au « cas Gbagbo »

Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara.

Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara. © Photomontage / Peter Dejong/AP/SIPA ; Michel Euler/AP/SIPA

Des émissaires des autorités ivoiriennes ont approché l’entourage de Laurent Gbagbo. Ils avaient un message à lui porter, concernant la présidentielle de 2020.

Dans les cercles du pouvoir, le « cas Gbagbo » est au centre de toutes les attentions. À la fin de septembre, Sansan Kambilé, le ministre de la Justice, et Alassane Ouattara (ADO) ont reçu Jean-Pierre Mignard et Jean-Paul Benoit, les avocats de l’État ivoirien.

Les autorités pensent que le fait que Fatou Bensouda, la procureure de la CPI, ait fait appel de l’acquittement de Laurent Gbagbo relancera la procédure judiciaire suffisamment longtemps pour que l’intéressé ne puisse rentrer de sitôt à Abidjan, où il pourrait peser sur la présidentielle de 2020.

Des émissaire d’ADO chez Gbagbo

Elles espèrent par ailleurs obtenir sa neutralité dans cette élection. Plusieurs émissaires ont fait passer des messages en ce sens à Gbagbo, dont plusieurs proches, comme Ahoua Don Mello ou Assoa Adou, ont été approchés.

L’ex-prisonnier de la CPI, qui s’est fixé pour priorité de regagner la Côte d’Ivoire, souhaite établir un contact direct avec ADO. Réclamant des indemnités d’ancien chef d’État, ainsi que la réhabilitation de ses résidences du quartier de la Riviera (Abidjan) et de son village de Mama (Ouest), il fait valoir qu’il avait, pour sa part, dédommagé Ouattara, en 2007, de la destruction de sa résidence de Cocody-Ambassades, à laquelle s’étaient livrés les « Patriotes » en 2002.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte