Dossier

Cet article est issu du dossier «Mauritanie : un changement dans la continuité ?»

Voir tout le sommaire
Vie des partis

Mauritanie : grogne à l’UPR, le parti présidentiel

Le président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani (image d'illustration).

Le président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani (image d'illustration). © YouTube/BellewarMedia - بلوارميديا

Dans les rangs de l’Union pour la République (UPR), le parti du président Mohamed Ould Ghazouani, certains critiquent la faible présence de proches de Mohamed Ould Abdelaziz dans l’équipe gouvernementale, allant même jusqu’à soupçonner le nouveau chef de l’État de vouloir lancer son propre mouvement.

C’est peu dire que l’Union pour la République (UPR, majorité) n’a pas le moral. Le gouvernement de technocrates nommé le 8 août a fait la part belle à des personnalités marginalisées par l’ex-président Ould Abdelaziz, comme le Premier ministre, Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya, ou le ministre de l’Intérieur, Mohamed Salem Ould Merzoug, ainsi qu’aux Haratines, qui obtiennent six portefeuilles.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte