Société

[Tribune] Tunisie : une diaspora schizophrène

Scène de liesse devant le quartier général d'Ennahdha, dimanche 6 octobre 2019 à Tunis.

Scène de liesse devant le quartier général d'Ennahdha, dimanche 6 octobre 2019 à Tunis. © Camille Lafrance

L’étude récemment publiée par l’Institut Montaigne selon laquelle près du quart des musulmans de France considèrent que la charia est plus importante que les lois de la République ne m’a pas étonnée, moi qui viens de vivre les législatives tunisiennes à Paris avec une majorité de bulletins en faveur du parti islamiste Ennahdha.

« C’est ce qu’on appelle un transfert », m’a expliqué un ami psychanalyste. Je n’ai pas cherché à comprendre, je songeais à la conversation que j’avais eue avec l’épicier tunisien de mon quartier. Je lui avais demandé pour qui il avait voté :

« J’ai voté Ennahdha, a-t-il répondu avec aplomb.

– Pourquoi ?

– Je veux qu’on rétablisse la loi d’Allah.

– La charia, c’est ça ? Y compris la polygamie…

– Bien sûr.

– Tu crois que les Tunisiennes seraient d’accord ?

– Bien sûr, ma sœur. »

Je me retournai et désignai dans la rue une Française de souche qui passait près de nous :

« Et elle, tu penses qu’elle accepterait d’avoir des coépouses ?

– Mais elle, c’est pas une femme ! »

Voilà donc des gens qui, au bout de vingt ou trente années passées en France, continuent de vivre avec une mentalité digne du Moyen Âge. Qui n’ont jamais adhéré aux valeurs du pays où ils ont choisi de s’installer. Des gens qui partagent le pain et le sel de « Blancs » qu’ils ne considèrent pas moins comme des kuffar (mécréants).

Qui se font soigner gratuitement, vivent en toute sécurité, envoient leurs enfants dans des écoles laïques, mais qui rêvent de lois instituant un fascisme religieux. Qui connaissent l’arsenal de lois voué à l’égalité des sexes, mais qui restent imbus de leur prééminence masculine et continuent à penser que les filles méritent tuteurs et concubines. Des gens qui râlent pour exercer leurs droits en France et dédaignent à leurs compatriotes du bled la même possibilité.

« Transfert »

Pourquoi cette schizophrénie ? Et pourquoi choisir pour leur pays d’origine le modèle contraire de la société où ils ont émigré volontairement et qu’ils ne quitteront probablement jamais ? Pourquoi les Tunisiens d’ici décident-ils pour les Tunisiens de là-bas, alors qu’ils sont à l’abri des conditions terribles que l’islamisme imposera en partie à cause de leur vote ? Je ne comprends pas. Est-ce de l’irresponsabilité ou une certaine forme de vengeance et de cruauté vis-à-vis de leurs compatriotes ? À moins que ce ne soit le « transfert » de fantasmes, dont parlait mon ami. Ou bien un mal-être éprouvé à l’égard de la France et de la Tunisie à la fois ?

Un autre ami – économiste cette fois – m’a donné une autre explication : « C’est normal que la diaspora des petits commerçants tunisiens tienne à préserver le circuit de trafics illégaux et d’argent suspect, dont seuls les réseaux opaques des islamistes peuvent garantir la pérennité. » Celle-là, avec mon esprit nul en affaires, je n’y avais pas pensé.

J’en arrive à croire que le droit qui nous est octroyé – à nous qui résidons à l’étranger – de décider des lois de pays où nous ne vivons pas mérite d’être revu

Il n’empêche. Je suis abasourdie par cette vision bornée du monde et par ce conservatisme génétique. Par ce manque de loyauté à l’égard aussi bien du pays qui accueille que du pays d’origine. J’invite quiconque rêve de faire passer la charia avant la loi française à aller vivre dans un pays islamiste. Je dis au Tunisien qui a voté Ennahdha d’assumer et de rentrer en Tunisie. D’avoir la décence de ne pas dicter leur destin à ses compatriotes restés là-bas, eux qui vivent sur le terrain, eux qui souffrent, se battent, ont faim, se font insulter ou escroquer pendant que lui se planque dans une capitale européenne pour les regarder à la télévision.

J’en arrive à croire que le droit qui nous est octroyé – à nous qui résidons à l’étranger – de décider des lois de pays où nous ne vivons pas mérite d’être revu ; qu’on devrait interdire aux spectateurs que nous sommes d’imposer nos choix à nos frères et sœurs restés là-bas, eux qui demeurent les vrais acteurs de leur histoire et qui n’ont pas à endurer par procuration la haine ou la frustration de leur diaspora, ni à subir les conséquences de son vote qui, en l’occurrence, s’apparente à un châtiment.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte