Cinéma

Cinéma : « L’Âcre Parfum des immortelles », retour sur un demi-siècle de combats dans la France post-68

Nach, danseuse de krump, et Serge Teyssot-Gay, guitariste de Noir Désir.

Nach, danseuse de krump, et Serge Teyssot-Gay, guitariste de Noir Désir. © willy vainqueur/acacias films

Dans « L’Âcre Parfum des immortelles », Jean-Pierre Thorn relate un demi-siècle de combats politiques et culturels dans la France post-68.

Vétéran des luttes ouvrières, soutien des immigrés et des jeunes des banlieues, auteur de longs-métrages marquants sur les arts de la rue et le mouvement hip-hop, enthousiasmé par la révolte des « gilets jaunes », le cinéaste Jean-Pierre Thorn aurait quelques raisons de désespérer d’un monde dominé par le capitalisme néolibéral et l’individualisme radical.

Il suffit de lui parler quelques minutes à la veille de la sortie de son film autobiographique L’Âcre Parfum des immortelles pour se persuader qu’il n’en est rien. Combatif, il croit plus que jamais aux vertus de la résistance face aux injustices et à ceux qui en sont responsables.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte