Politique

Maroc : les dessous du remaniement ministériel de Saadeddine El Othmani

Le roi Mohammed VI posant avec les membres du nouveau gouvernement, le 9 octobre, dans la salle du Trône, au Palais royal de Rabat.

Le roi Mohammed VI posant avec les membres du nouveau gouvernement, le 9 octobre, dans la salle du Trône, au Palais royal de Rabat. © Driss Ben Malek/MAP

Entre impératifs royaux et tractations partisanes, Saadeddine El Othmani s’est révélé fin stratège en renouvelant son équipe tout en réduisant le staff gouvernemental. Plongée dans les coulisses du casting.

Délicat exercice… Sommé par le roi dans le dernier discours du Trône de procéder à un remaniement ministériel, le chef du gouvernement a accompli sa mission avec discrétion et doigté. Avec un cabinet réduit à 23 ministres – contre 39 auparavant – , El Othmani II est l’effectif le plus resserré depuis 1979. « Travailler avec une équipe aussi ramassée a été l’ambition de tous les chefs de gouvernement, explique un ancien ministre. Ils ont tous été rattrapés par la réalité des négociations et l’appétence pour les maroquins de leurs propres partisans ou de leurs alliés de la majorité. » Pas Saadeddine El Othmani, qui avait anticipé son coup de longue date.

En 2017, l’architecture de son cabinet était marquée par la création de grands pôles ministériels chapeautant plusieurs secrétariats d’État. Aussi, il lui a été plus facile de dégraisser deux ans plus tard : il suffisait de se débarrasser de ces derniers. Écartés, les douze secrétaires d’État de la première version du gouvernement. Neuf ont été remerciés, trois sont promus ministres ou ministres délégués. Finalement, le nombre de ministères délégués diminue, passant de six à cinq. Là encore, il a suffi à El Othmani de supprimer certains départements, d’en fusionner d’autres, ou d’intégrer les prérogatives à des ministères de plein exercice. La réforme de l’administration est désormais rattachée à l’Économie et aux Finances.

Nezha Bouchareb, nouvelle ministre de l'Aménagement du territoire.

Nezha Bouchareb, nouvelle ministre de l'Aménagement du territoire. © LAMRABET Malak/MAP

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte