Politique

Mozambique : face à Filipe Nyusi, Ossufo Momade parviendra-t-il à bousculer un scénario écrit d’avance ?

DR / JA

© DR / JA

À l’occasion de la présidentielle du 15 octobre, et pour la première fois depuis sa création, la Résistance nationale mozambicaine (Renamo) ne sera pas représentée par son leader historique, Afonso Dhlakama. Décédé subitement en mai 2018, il avait été aussitôt remplacé par Ossufo Momade. C’est donc ce dernier qui affrontera Filipe Nyusi, le chef de l’État sortant.

Momade, 58 ans, parviendra-t-il à bousculer un ­scénario qui, depuis les années 1990 et l’avènement du multipartisme, paraît écrit d’avance ? Cinq fois candidat à la présidentielle, Dhlakama n’était en effet jamais parvenu à éroder les positions du Front de libération du Mozambique (Frelimo), au pouvoir depuis 1975.

Après chaque élection, il avait contesté les résultats officiels, allant jusqu’à reprendre les armes en 2013. Puis, il avait fini par enterrer la hache de guerre. Le 6 août dernier, c’est d’ailleurs dans les montagnes du Gorongosa, où il vécut caché pendant de longues années, que le Frelimo et la Renamo ont enfin conclu un accord de paix.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte