Politique

Burundi : reconverti dans les affaires, l’ancien président Domitien Ndayizeye s’inquiète pour son pays

Domitien Ndayizeye, ancien président de la République du Burundi de 2003 à 2005.

Domitien Ndayizeye, ancien président de la République du Burundi de 2003 à 2005. © DR

Au Burundi, depuis que la nouvelle Constitution a été promulguée, en juin 2018, les anciens présidents ne sont plus membres de droit du Sénat. Domitien Ndayizeye, 66 ans, ingénieur de formation, s’est donc reconverti dans les affaires.

Malgré plusieurs passages en prison et bien qu’il ait fait, en 2017, l’objet de menaces de mort de la part des Imbonerakure (la ligue des jeunes du parti au pouvoir), il continue à participer à la vie politique de son pays.

L’esprit de l’accord d’Arusha, signé en 2000 et qui a débouché sur une réconciliation nationale, a selon lui disparu. « Notre pays se désagrège et la critique n’est plus possible », regrette-t-il.

Ndayizeye s’était également impliqué dans les discussions inter­burundaises engagées à Arusha après la crise postélectorale de 2015, en tant que conseiller de Benjamin Mkapa, le facilitateur tanzanien. Ces pourparlers sont au point mort, le gouvernement refusant d’y associer l’opposition en exil. L’élection présidentielle aura lieu en mai prochain, mais les tentatives de dialogue direct n’ont toujours pas abouti.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte