Politique

Guinée équatoriale : l’ancien ministre Lucas Abaga Nchama se fait discret

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 17 octobre 2019 à 12h29
Lucas Abaga Nchama (Guinée Equatoriale), gouverneur de la banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC), à Paris le 01.06.2016. © Vincent Fournier/JA

Lucas Abaga Nchama (Guinée Equatoriale), gouverneur de la banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC), à Paris le 01.06.2016. © Vincent Fournier/JA © Vincent Fournier/JA

Laisser passer l’orage, faire profil bas. Lucas Abaga Nchama s’est imposé cette ligne de conduite depuis son limogeage surprise du ministère équato-guinéen des Finances, de l’Économie et de la Planification, en avril.

Un décret présidentiel l’avait démis pour des « irrégularités commises dans l’exercice de ses fonctions », sans plus de détails. Jusqu’à cette date, cet économiste de 58 ans formé à l’université Lyon-II, en France, avait eu une carrière sans histoires.
Il avait même réussi à redorer l’image de la BEAC, dont il fut le gouverneur de 2010 à 2017. À la fin de son mandat, il avait tenté d’éviter de rentrer dans son pays, où, paradoxalement, la qualité de son curriculum vitae l’exposait à toutes sortes d’intrigues au sein du pouvoir : il est en effet perçu comme un potentiel rival de Teodorin Nguema Obiang Mangue, fils, vice-président et successeur désigné de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Après avoir tenté – en vain – de succéder au Tchadien Abbas Mahamat Tolli à la tête de la BDEAC, il attend son heure pour rebondir…

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte