Tourisme

Comment le Maroc veut rebooster le tourisme dans la station balnéaire de Saïdia

Vue de la plage de Saidia.

Vue de la plage de Saidia. © Hassan Ouazzani pour Jeune Afrique

Pour combler son retard sur ses rivales espagnoles, la première station balnéaire marocaine du plan Azur s’attache à réduire l’effet de la saisonnalité.

Quatorze hectares sur front de mer, quatre piscines, un golf de 18 trous, 1 200 chambres sur deux pavillons… Bienvenue à Oasis Saïdia Palace. Le plus grand et le doyen des établissements hôteliers de Saïdia Mediterania incarne l’histoire mouvementée de cette première station balnéaire du plan Azur, située dans la province de Berkane (région de l’Oriental), près de la frontière algérienne.

Si cette cité n’est sortie de terre qu’en 2009, son développement avait démarré dès 2002 avec l’espagnol Martinsa-Fadesa, avant d’être poursuivi en 2011 par le groupe marocain Addoha, qui a fini par passer le relais à la Caisse de dépôt et de gestion (CDG).

Oasis Saïdia Palace avait lui aussi connu une première vie, sous l’enseigne Barcelo, avant d’être repris par Atlas Hospitality, qui l’a fermé en septembre 2013.

Prolonger la saison

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte