Analyses

Élections en Tunisie – Aziz Krichen : « Il n’y aura pas de législatives anticipées »

Le sociologue tunisien Aziz Krichen.

Le sociologue tunisien Aziz Krichen. © Nicolas Fauqué

À la veille du second tour de l'élection présidentielle, entretien avec le sociologue Aziz Krichen, auteur notamment de « L'Autre Chemin ».

Jeune Afrique : Comment analysez-vous les résultats des législatives ?

Aziz Krichen : Une large majorité ne se sent pas représentée par les propositions existantes. Si on prend en compte l’abstention, Ennahdha ne représente même pas 5 % du corps électoral réel. Le parti a perdu près des deux tiers de ses voix depuis 2011 quand les partis dans la mouvance de Nidaa Tounes sont divisés en chapelles et traversés par une crise de leadership.

L’assise électorale de ce qui fut la gauche a été divisée par 11,7 depuis 2011. L’affaissement de toutes les machines, politiques et syndicales, et le désir de changement sont perceptibles. Cela signifie que le pays ne supporte plus les errements. Ceux qui pensent que la révolution est morte et enterrée ont tort. Bien au contraire, elle continue son chemin de manière souterraine.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte