Politique

Égypte : enquête sur un mouvement des Frères musulmans divisé

Des soutiens de l’ex-président Mohammed Morsi font le signe de la Rabia, symbole de ralliement des Frères musulmans.

Des soutiens de l’ex-président Mohammed Morsi font le signe de la Rabia, symbole de ralliement des Frères musulmans. © APAIMAGES/ZUMA-REA

Le régime Sissi accuse les islamistes d’être derrière les manifestations des dernières semaines. Peu probable tant les adeptes de Hassan al-Banna sont minés par les dissensions. État des lieux.

Un nouveau coup tordu du maréchal-président que cet appel au dialogue lancé à la mi-août par 1 350 jeunes fréristes emprisonnés ? « Il n’y a pas de main tendue, il y a la Rabia [symbole des quatre doigts, devenu signe de ralliement des Frères musulmans après le massacre de la place Rabia al-Adawiyya, au Caire, en 2013], c’est tout ! » répond la vieille garde des Frères musulmans. Ou du moins ce qu’il en reste… Évoquer une éventuelle négociation avec le régime d’Abdel Fattah al-Sissi revient à leur « cracher au visage ».

Cette ligne est soutenue par la diaspora de la confrérie, qui, de Londres à Doha en passant par Istanbul, a catégoriquement rejeté toute idée d’engager un quelconque dialogue avec le pouvoir. Loin d’avoir pu tous trouver refuge à l’étranger, ils sont quelques fidèles ir­­réductibles à faire profil bas dans la capitale égyptienne. Des convaincus de la première heure comme des recrues des derniers instants de l’éphémère présidence Morsi. Tous vivent dans le doute et l’attente.

Cacophonie

Du haut de ses 73 ans, Ahmed en a déjà vu d’autres, mais il a passé l’âge de repartir au combat, qu’il soit armé ou politique. Dans son deux-pièces délabré de Forstat, l’ancien veut croire que, malgré tout, rien n’est perdu. « 49 % des sièges aux législatives de 2012, plus de 13 millions de voix à la présidentielle, vous allez me dire que tous ont changé d’avis, sont morts ou en prison ? Ils ont peur, c’est tout ! » Et le vieil homme d’égrener une nouvelle fois ces résultats en même temps que sa misbaha (chapelet).

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte