Politique

Macky Sall et Abdoulaye Wade enterrent la hache de guerre au Sénégal : vers une amnistie de Karim Wade ?

Le président sénégalais Macky Sall et son prédécesseur lors de l’inauguration de la grande mosquée Massalikoul- Djinane, le 29 septembre.

Le président sénégalais Macky Sall et son prédécesseur lors de l’inauguration de la grande mosquée Massalikoul- Djinane, le 29 septembre. © Papa Matar Diop/Présidence Sénégal

Engagées depuis plusieurs mois, les négociations secrètes entre Macky Sall et Abdoulaye Wade ont abouti à une réconciliation officielle et à la libération de Khalifa Sall, l’ex-maire de Dakar. Les deux hommes sauront-ils trouver un compromis sur le cas Karim Wade ?

«Vous sortez ! » L’injonction lui paraît cinglante et, pourtant, il n’en attendait pas d’autre. Dimanche 29 septembre, aux alentours de 20 heures, Khalifa Ababacar Sall doit faire ses adieux à la maison d’arrêt de Rebeuss, qui, depuis deux ans, six mois et vingt-deux jours, est son unique horizon. Après une brève protestation (« Je ne compte pas sortir, je n’ai pas demandé de grâce présidentielle ! »), un échange téléphonique avec ses avocats le ramène à la raison. Alors, dans la précipitation, l’ancien maire de Dakar boucle ses affaires avant de se retrouver dehors, comme éjecté de cette prison qui ne veut plus de lui.

Informés par les radios, ses sympathisants ont afflué vers Rebeuss pour le célébrer. La capitale a retrouvé son maire, même si, officiellement, il ne l’est plus. Condamné en mars 2018 dans l’affaire de la « caisse d’avance » de la mairie de Dakar, Khalifa Sall avait écopé de cinq ans de prison, 5 millions de F CFA (7 600 euros) d’amende et été condamné à s’acquitter solidairement, avec d’autres accusés, d’1,8 milliard de F CFA de dommages et intérêts.

Radié de ses fonctions d’édile, destitué de son mandat de député – qu’il avait obtenu pendant son incarcération –, exclu du parti socialiste, où il militait depuis sa prime jeunesse, Khalifa Sall repart donc de zéro. Déchu mais libre.

Libéré le 29 septembre, l’ex-maire de Dakar, exclu du PS, est encore considéré comme inéligible.

Libéré le 29 septembre, l’ex-maire de Dakar, exclu du PS, est encore considéré comme inéligible. © JOHN WESSELS/AFP

Après avoir sillonné en voiture les artères de la capitale, tout sourire, il fait une halte chez sa mère, aux Parcelles Assainies, puis à son domicile, où il retrouve brièvement sa famille. Au cœur de la nuit, ses proches l’emmènent ensuite à Tivaouane, la ville sainte de la confrérie tidiane – la sienne. Là, comme il le faisait chaque année, il se recueille sur la sépulture du défunt khalife Serigne Babacar Sy, auquel il doit son nom.

Sous les auspices du khalife mouride

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte