Diplomatie

Stéphane Lacroix : « Les Saoudiens ne peuvent s’appuyer que sur des convergences d’intérêts »

Donald Trump avec le roi Salman à Riyad, le 20 mai 2017.

Donald Trump avec le roi Salman à Riyad, le 20 mai 2017. © Evan Vucci/AP/SIPA

Entretien avec Stéphane Lacroix, docteur en science politique (Sciences-Po) et chercheur au Centre de recherches internationales (Ceri) de Sciences-Po.

Après les attaques contre l’Aramco, et alors que les États-Unis semblent se détourner d’une réponse militaire, peut-on parler de crise de confiance entre l’Arabie saoudite et son allié américain ?

C’est un coup de canif sans précédent dans le pacte initial. Les Saoudiens ont mis tous leurs œufs dans le panier américain et n’ont finalement pas l’allié escompté. De leur point de vue, Trump devait corriger les errances d’Obama, ce qu’il a d’abord donné l’impression de faire.

Les Saoudiens ont longtemps cru que les Américains allaient non seulement les aider contre l’Iran mais prendre l’initiative. Mais Trump est également pris par les impératifs de sa campagne présidentielle, et par les contradictions de sa politique étrangère. Son électorat a voté pour le désengagement des guerres au Moyen-Orient.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte