Pétrole & Gaz

À Madagascar, le carburant de la discorde

Philippe Nicolet, président du Groupement pétrolier de Madagascar, et Vonjy Andriamanga, ministre malgache des Hydrocarbures © JA

Depuis juin 2019 et la baisse des prix à la pompe décrétée par le gouvernement malgache – une promesse de campagne du président Rajoelina –, rien ne va plus entre l’État et les distributeurs de carburant.

Le Groupement pétrolier de Madagascar (GPM), présidé par Philippe Nicolet, directeur général de Galana (qui rassemble, outre cette filiale du négociant français Rubis, les distributeurs Jovena, Total, et Vivo Energy), est vent debout contre la nouvelle « structure de coûts » applicable au second semestre, transmise il y a un mois par le ministre des Hydrocarbures, Vonjy Andriamaga.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte