Livres

Madagascar : « Zébu Boy », la vie à tout prix

Un père né à Antananarivo, une mère originaire d’Indochine... L’auteure voit sa famille comme « l’infra-histoire de la colonisation. » © Axelle de Russé

« Zébu Boy », le premier roman d’Aurélie Champagne, propose un récit documenté sur la survie d’un homme, à Madagascar, pendant l’insurrection de 1947 contre l’État colonial français.

«J’ai porté pendant vingt ans un nom malgache sans savoir ce qu’il recouvrait », confie d’emblée Aurélie Champagne-Razafindrakoto. Carré de cheveux bouclés, petite taille, le regard parfois lointain, souvent déterminé, elle déroule l’histoire de son premier roman. Tout commence par une quête identitaire. Avant d’entrer à la fac, à Paris, elle part plusieurs mois à Madagascar. Son père, hormis son nom malgache, ne lui a rien transmis.

Ma famille, c’est toute l’infra-histoire de la colonisation

« Il est né en 1946 de mère malgache et de père inconnu, présumé français, plus vraisemblablement anglais, dit-elle. On ne saura jamais. Il a grandi dans un orphelinat à Tana avant d’être adopté, à l’âge de 7 ans, par une infirmière militaire qui recueillait des enfants dans plein de colonies. J’ai un oncle et une tante issus de l’Indochine, une autre tante mauricienne… » Sa mère, elle, est née en

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte