Dossier

Cet article est issu du dossier «Cedeao : vous avez dit communauté ?»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

[Édito] Cedeao : les défis à relever en attendant la monnaie unique

Par

Stéphane Ballong est le responsable des pages Économie de l'hebdomadaire. Il suit l'actualité du secteur financier et celle des institutions financières de développement.

Le 14 septembre, les quinze membres de la Cedeao sont convenus d’un plan d’action de 1 milliard de dollars pour lutter contre le jihadisme. © ANNE MIMAULT

L'élan protectionniste du Nigeria, qui a unilatéralement décidé de fermer ses frontières aux produits en provenance du Bénin et du Niger, est un coup dur porté à la dynamique d'intégration à l'oeuvre au sein de la Cedeao. Un imbroglio diplomatico-économique qui est le symptôme des défis qu'il reste encore à relever, en attendant la création effective d’une monnaie unique.

C’est une situation incroyablement paradoxale qui agite en ce moment la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Cet ensemble régional était encore perçu il y a peu comme un bon exemple d’intégration. Évidemment, tout n’y était pas parfait, ainsi qu’en attestent les chiffres officiels, guère flamboyants, du commerce entre ses quinze membres.

Mais la Cedeao était, disait-on, engagée dans un processus ­vertueux qui l’a progressivement conduite à la mise en place d’une union douanière en 2015 et la mène désormais vers le lancement – certes encore hypothétique – d’une monnaie unique en 2020.

Malgré une certaine disparité économique entre anglophones, francophones et lusophones, tout le monde vantait ce que Souleymane Bachir Diagne appelle la « cohérence interne » et l’« unité socioculturelle » au sein de ce bloc régional.

Décision unilatérale et brutale

Puis, le 20 août, survint la décision brutale et unilatérale du Nigeria de fermer ses frontières terrestres aux produits provenant du Bénin et du Niger. Le comble dans une zone où la libre circulation des personnes et des biens est censée être la règle. Locomotive économique de la région, le mastodonte démographique de près de 200 millions d’habitants n’en a cure.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte