Dossier

Cet article est issu du dossier «Les beaux jours de Pernod Ricard sur le continent africain»

Voir tout le sommaire
Conso & Distribution

Pernod Ricard, une gouvernance (trop) familiale

Alexandre Ricard, PDG de l'entreprise Pernod Ricard, le 24 août 2015 à Paris.

Alexandre Ricard, PDG de l'entreprise Pernod Ricard, le 24 août 2015 à Paris. © Christophe Ena/AP/SIPA

La famille Ricard reste le premier actionnaire de l'entreprise du CAC 40 (15% du capital) alors que la gestion de l'entreprise a été jugée trop « familiale ».

D’abord consultant chez Accenture puis chez Morgan Stanley, Alexandre Ricard rejoint Pernod Ricard en 2003, dont il dirige des filiales en Irlande et à Hong Kong. Nommé directeur général adjoint en 2011, il est désigné l’année suivante au poste de PDG à la suite du décès de son oncle Patrick.

La famille Ricard reste le premier actionnaire de l’entreprise du CAC 40, avec 15 % du capital, devant Groupe Bruxelles Lambert (7,5 %) et le fonds américain Elliott (2,5 %). Critiqué par ce dernier pour une gestion jugée trop « familiale », le groupe a coopté comme

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte