Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique-Suisse : une relation tout sauf neutre»

Voir tout le sommaire
MSC
Diplomatie

Siri Walt : « La Suisse est devenue plus visible sur le continent »

Siri Walt © DFAE

Nommée à la fin de 2018, l’ancienne ambassadrice en RD Congo, Siri Walt, aujourd'hui cheffe de la division Afrique subsaharienne au département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) a pour principale mission d’élargir les relations entre la Confédération et l’Afrique.

Jeune Afrique : Vous venez de prendre vos fonctions. Avec quelle feuille de route ?

Siri Walt : Une nouvelle stratégie de politique étrangère est en cours de définition, et il est clair que l’Afrique va y tenir une place importante. Nous avons beaucoup de projets sur le continent, qui concernent l’aide humanitaire, la coopération au développement ou la promotion de la paix, les trois piliers de notre diplomatie en Afrique. Nous voulons continuer d’y développer nos relations, de les diversifier et de les approfondir, notamment sur les plans économique et sécuritaire, dans lesquels nous avons des intérêts communs.

La Suisse compte-t-elle accentuer sa présence sur le continent ?

Nous sommes déjà devenus plus visibles pour un pays de notre taille. Nous comptons plus d’une centaine d’ambassades à travers le monde, dont 19 en Afrique, auxquelles s’ajoutent 9 bureaux de coopération et 2 consulats généraux.

Nos principales ambassades proposent davantage de services aujourd’hui, selon une approche whole-of-government, censée améliorer la cohérence de nos actions, notamment dans les pays où de nombreuses entreprises suisses sont implantées, comme cela est le cas en Afrique du Sud, au Kenya et au Nigeria.

Nous commençons à nous engager sur le dossier de l’emploi des jeunes à travers la formation professionnelle, qui reste l’une de nos spécialités

Quelle place tient l’aspect multilatéral dans votre stratégie ?

Il devient de plus en plus important. Dans la région des Grands Lacs, avec laquelle nous avons une longue tradition de coopération, la présidence de la Commission de consolidation de la paix au Burundi a été confiée à notre ambassadeur auprès des Nations unies. Nous avons également envoyé des experts et des observateurs dans certaines missions onusiennes, comme la Minusma et la Monusco, ou européennes, telle l’Eucap.

Selon vous, qu’attend l’Afrique de la Confédération ?

La Suisse se concentre sur des niches précises en matière de coopération. Nous commençons par exemple à nous engager sur le dossier de l’emploi des jeunes à travers la formation professionnelle, qui reste l’une de nos spécialités.

Nous restons également un facilitateur de paix très apprécié à travers le continent, comme cela a encore été le cas dernièrement, au Mozambique, ou aujourd’hui dans le processus en cours au Cameroun. Notre neutralité nous permet d’être crédibles aux yeux de tout le monde.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte