Finance

Microfinance : quand la fintech s’inspire de la tontine

Des utilisateurs de smartphones à Dakar, en mai 2015 (image d'illustration).

Des utilisateurs de smartphones à Dakar, en mai 2015 (image d'illustration). © Sylvain Cherkaoui pour JA

Plusieurs start-up proposent des microcrédits à une clientèle ayant habituellement recours à un appui communautaire. Un modèle qui séduit les investisseurs.

Il n’a que 28 ans mais sait déjà parfaitement convaincre les investisseurs. Pour sa cinquième levée de fonds, finalisée le 16 septembre, le Germano-Nigérian Laurin Nabuko Hainy est notamment parvenu à séduire le fonds d’investissement Flourish Ventures du créateur d’eBay, Pierre Omidyar. Avec ce nouveau coup de pouce de 10 millions d’euros, le fondateur de FairMoney, une start-up basée à Paris qui propose des microcrédits en ligne aux Nigérians, veut conquérir de nouveaux pays comme le Ghana ou l’Égypte et attirer plus de clients.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte