Justice

Maroc : la bataille de la réforme du Code pénal

Hajar Raissouni quittant la Cour de Rabat, le 30 septembre. © Belpresse/AP/SIPA

Avortement, relations hors mariage, homosexualité, peine de mort… Les sujets de controverse touchant aux libertés publiques n’en finissent pas d’agiter l’intelligentsia. Tandis que la réforme pénale a de nouveau été reportée.

S’il fallait illustrer la réforme du Code pénal en une image, ce serait celle d’un accouchement au forceps. Initiée en 2015, elle n’a toujours pas vu le jour. Le 20 septembre au plus tard, les députés devaient déposer leurs propositions d’amendement au projet de loi numéro 10-16 refondant le texte. L’échéance a une fois de plus été repoussée sine die.

C’est peu dire que la condamnation de la journaliste Hajar Raissouni à un an de prison ferme pour « avortement ­illégal » a percuté de plein fouet les débats parlementaires et l’agenda d’une classe politique en pleine ébullition avant le remaniement annoncé par le Palais. Car la pénalisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est l’une des dispositions contenues dans le Code pénal.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte