Bénin : Thomas Boni Yayi face aux « traîtres » au sein des FCBE

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 07 octobre 2019 à 18h20
Thomas Boni Yayi, ici en 2012, lorsqu'il était président en exercice de l'UA.

Thomas Boni Yayi, ici en 2012, lorsqu'il était président en exercice de l'UA. © Vincent Fournier/JA

L’ancien président béninois, qui a désavoué Théophile Yarou et Paul Hounkpè pour avoir accepté un récépissé au nom des Forces cauris pour un Bénin émergent, avait des doutes sur la loyauté des deux hommes depuis les législatives d’avril dernier.

Bien qu’encore souffrant, Thomas Boni Yayi s’est rapidement désolidarisé des initiatives de Théophile Yarou, le secrétaire exécutif national adjoint des FCBE (parti de Boni Yayi) et de l’ancien ministre Paul Hounkpè.

Doutes anciens

Afin d’obtenir le récépissé reconnaissant l’existence légale des FCBE, tous deux avaient accepté d’exclure de leur direction ceux de ses membres qui, sous le coup de poursuites judiciaires au Bénin, se trouvent à l’étranger.

L’ex-chef de l’État avait depuis des mois des doutes sur la loyauté de Hounkpè et de Yarou. Il soupçonne même ce dernier d’avoir transmis au pouvoir des informations sur l’opposition avant les législatives d’avril.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte