Politique

Gabon : Ali Bongo Ondimba calme le jeu à Libreville

Ali Bongo Ondimba à la Cour constitutionnelle, à Libreville, le 24 septembre 2019.

Ali Bongo Ondimba à la Cour constitutionnelle, à Libreville, le 24 septembre 2019. © DR / Présidence gabonaise

De retour la semaine dernière, le président gabonais a conforté l’autorité de la présidente de la Cour constitutionnelle et étouffé les tensions naissantes entre son directeur de cabinet et son Premier ministre.

Depuis son retour de Londres, le 24 septembre, Ali Bongo Ondimba a dû éteindre plusieurs débuts d’incendie à Libreville. En présidant ce jour-là la cérémonie de rentrée de la Cour constitutionnelle, il a conforté l’autorité de sa présidente, Marie-Madeleine Mborantsuo, que l’on a crue sur le départ jusqu’à récemment.

Tensions et prise de distance

ABO a aussi étouffé les tensions et incompréhensions naissantes entre son directeur de cabinet Brice Laccruche Alihanga (BLA) et Julien Nkoghe Bekale. Le Premier ministre, qui, dit-on, avait pris ombrage de l’influence du « dircab », nie aujourd’hui tout conflit avec ce dernier.

En revanche, son prédécesseur, Emmanuel Issoze Ngondet, et Pacôme Moubelet Boubeya, l’ancien ministre de l’Intérieur, ont bien pris leur distance avec BLA : ils ont refusé d’aller le saluer lors de sa tournée dans l’Ogooué-Ivindo et l’Ogooué-Lolo.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte